Retour de Ravalo : Le général Richard Ravalomanana n’est pas contre



Jacaranda

Selon le commandant de la gendarmerie nationale, les forces de l’ordre ne sont pas contre le retour du président en exil. Une pierre d’achoppement entre les partisans de la révolution orange et les « Zanak’i Dada ».

Le commandant de la gendarmerie nationale, Richard Ravalomanana  a son mot à dire sur le retour de Marc Ravalomanana au pays. Sur les bruits qui circulent en foi de quoi, les forces de l’ordre n’acceptent pas le retour du président en exil, le commandant de la gendarmerie nationale a tenu à préciser que ces rumeurs ne sont pas fondées.  Et lui d’indiquer : « Nous acceptons le retour de Marc Ravalomanana si l’ordre émane du nouveau président élu. Etant donné qu’il est le chef suprême des forces armées ».  Autrement dit, le général n’est pas contre le retour de l’ancien président.

Point de vue. Or, sur le même sujet, le commandant de la gendarmerie nationale a nuancé son point de vue. En effet, il persiste et signe qu’il faudrait exécuter les décisions de justice. « Celui qui n’exécutera ce mandat d’arrêt sera poursuivi », a-t-il souligné. C’est-à-dire que l’ancien président sera arrêté s’il débarquera dans la Grande Ile. Toujours est-il que le candidat de Avana soutenu par la mouvance Ravalomanana a promis qu’une fois élu, le retour de Marc Ravalomanana figure comme l’une de ses principales priorités. Sans parler des « Zanak’i Dada » qui ne cessent de revendiquer le retour de Marc Ravalomanana. Bientôt cinq ans.

Commandant. En ce qui concerne la présidentielle et les législatives, le commandant de la gendarmerie nationale de rassurer que les forces de l’ordre veillent à la sécurisation du processus électoral.  Tout en signalant au passage que ces dernières observeront la neutralité. Le général Richard Ravalomanana de rappeler également que des éléments des forces armées assurent la sécurité des deux candidats à la présidentielle. Et qu’ils veillent aussi à leur domicile.

Dominique R.

Share This Post