Accord Ravalo – Robinson : La Primature et la moitié des ministères pour les « Zanak’i Dada »



Jacaranda
S’il est élu Président, Jean Louis Robinson ne sera plus au second plan par rapport à Marc Ravalomanana.
S’il est élu Président, Jean Louis Robinson ne sera plus au second plan par rapport à Marc Ravalomanana.

La classe politique se pose des questions sur les termes du « deal » entre Marc Ravalomanana et Jean Louis Robinson qui se sont rencontrés plus d’une fois en Afrique du Sud. Sans compter les coups de fil de l’un à l’autre et vice-versa.

Tout ce qu’on sait parce que les deux parties le font savoir, c’est que Jean Louis Robinson a pris l’engagement de faire revenir dare-dare Marc Ravalomanana au pays, s’il est élu Président de la République. Celui qui est devenu le candidat par substitution ou par défaut (c’est selon) des « Zanak’i Dada » suite à la disqualification de Lalao Ravalomanana, s’engage aussi à nommer cette dernière à la Primature tel qu’il l’a dit et redit urbi et orbi depuis la campagne pour le premier tour.

Négociations. Ce que l’on sait moins, c’est qu’entre autres clauses de l’accord, Marc Ravalomanana aurait également exigé la moitié des ministères. Une contrepartie somme toute logique car le candidat n°33 ne serait sans doute pas arrivé en tête au soir du 25 octobre dernier, s’il n’avait pas bénéficié du soutien actif de l’ancien Président et de sa mouvance. Jean Louis Robinson n’aurait d’ailleurs pas caché cette condition de Ravalo lors de ses négociations avec des candidats éliminés au premier tour. Les uns ont fait avec et les autres visiblement pas.

Ministères-clés. Par contre, on ne sait pas trop les portefeuilles demandés par l’ancien Président en exil pour sa mouvance ou les « Zanak’i Dada » (c’est du pareil au même), quoiqu’il soit à peu-près sûr qu’il s’agit des ministères-clés pour ne citer que celui des Finances et du Budget. Pour sa part, Jean Louis Robinson, s’il sort victorieux du scrutin du 20 décembre prochain, aura la haute main sur les ministères des Forces Armées et des Affaires Etrangères qui font traditionnellement partie des domaines réservés du Président de la République. Et ce, même si des proches de Faravohitra rentrés d’exil, semblent avoir des visées sur des ministères de souveraineté qui relèvent des pouvoirs régaliens du Chef de l’Etat. De toute façon, en faisant savoir que ce sera lui seul le Président s’il est élu, Jean Louis Robinson se veut être loyal mais pas vassal.

R. O

Share This Post