Plate-forme élargie derrière Robinson



Jacaranda
jean-louis-robinson
Le clash au sein de la mouvance Rajoelina favorise le candidat Jean Louis Robinson qui est largement en tête au 1er tour avec 21,10 % contre 15,93 % pour son adversaire au second tour, Hery Rajaonarimampianina.

2e tour. Finie l’exclusion. Le candidat Jean Louis Robinson ne peut pas refuser les mains que les autres forces vives de la Nation lui tendent pour remporter la victoire au soir du 20 décembre.

Contrairement au 1er tour de l’élection présidentielle, le candidat Jean Louis Robinson adopte une politique de large ouverture pour mieux affronter son adversaire au second tour. Cette fois-ci, il n’y a pas que le « Avana », parti qui a présenté le candidat, et la mouvance Ravalomanana, une entité qui le soutient. D’après nos sources, une plate-forme élargie de genre « Trano Be » sera mise en place dans les jours qui viennent. C’est dans cette nouvelle plate-forme inclusive que se regrouperont toutes les forces politiques prêtes à faire gagner le candidat Jean Louis Robinson. Parmi ces forces politiques figurent les entités des candidats battus au 1er tour qui croient qu’il est temps de rompre avec les mauvaises pratiques qui ont pénalisé le peuple malgache durant la Transition. Dans le cadre de la mise en place du « Trano Be », le candidat Jean Louis Robinson ne cesse de rencontrer  des hautes personnalités politiques, des hauts dirigeants religieux et des officiers supérieurs et généraux de l’Armée. Des candidats battus au 1er tour, mais qui ont réalisé des scores méritants se sont succédé à le rencontrer. Et même des parlementaires étrangers étaient venus le voir chez lui.

Clash irréparable. Par contre, c’est le contraire dans le camp adverse. La décision  de la CES constitue un clash irréparable au sein de la mouvance Rajoelina. La rupture est consommée entre le candidat Hery Rajaonarimampianina et le président de la Transition dont la déclaration de soutien était à l’origine de la requête en disqualification déposée contre le candidat des forces nouvelles. Une autre rupture est consommée entre le candidat Hery Rajaonarimampianina et le candidat Hajo Andrianainarivelo qui a manœuvré derrière la requête en disqualification contre le premier. Il est donc inimaginable que le candidat du « Malagasy Miara Miainga », qui arrive en troisième position au 1er tour avec 10,51 % des voix, apportera son soutien à Hery Rajaonarimampianina. Le troisième clash, c’est entre le candidat des forces nouvelles et celui du MTS Roland Ratsiraka qui a menacé d’étaler au grand jour lors d’une émission d’une télévision privée de la Capitale les dossiers louches où l’ancien ministre des Finances est impliqué. Mais, ce n’est pas tout. On a appris qu’un autre candidat issu de la mouvance Rajoelina n’apporterait pas son soutien à Hery Rajaonarimampiania. C’est Edgard Razafindravahy.

Position ferme. Face à tout cela, la communauté internationale reste ferme contre toute tentative de torpiller le second tour. Elle a déjà brandi des sanctions contre tous ceux qui seraient tentés de faire obstruction au processus. Pour la communauté internationale qui a considérablement investi dans ce processus, le 2e tour de l’élection présidentielle aura lieu le 20 décembre 2013. La CENI-T a déjà pris toutes les mesures qui s’imposent pour que toute personne en âge de voter soit inscrite dans la liste électorale. D’ailleurs, avec les conditions qu’il vit actuellement, le peuple malgache ne peut plus supporter tout report des élections. En tout cas, sauf miracle, le scrutin du 20 décembre opposera le candidat soutenu par l’ancien président Marc Ravalomanana à celui des forces nouvelles. Désormais, ce dernier ne peut plus prétendre être le candidat de la mouvance Rajoelina vu les faits qui se sont produits ces derniers jours.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post