Coup d’Etat militaire en gestation : 2 Généraux, 4 Colonels et 1 Chef de Corps impliqués



Jacaranda

militaire-(1)Des réunions préparatoires auraient eu lieu notamment à Nanisana et du côté d’Itaosy.

Décidément, bien malgré l’évolution de la situation politique actuelle avec, notamment la proclamation dernièrement par la CENI-T, des résultats du second tour de la Présidentielle, certains politiciens qui ont toujours dit non à la tenue des élections n’entendent pas baisser les bras. Depuis quelques temps, et ce, suite à la contestation des résultats du scrutin par la mouvance Ravalomanana et par le candidat Jean Louis Robinson, l’idée de la mise en place d’une nouvelle Transition ou d’une Transition bis (c’est selon) commence à refaire surface. L’on a assisté ces derniers temps à la déclaration de certains politiciens proposant la mise en place d’un gouvernement de consensus ou d’union nationale comme solution aux contestations électorales. Parallèlement à ces démarches, l’on a également appris que les casernes sont aussi en ébullition. En effet, d’après les renseignements, un nouveau coup d’Etat militaire serait actuellement en gestation. En vue de la préparation de cette « action », plusieurs réunions d’Hommes en treillis dirigés par quelques Officiers supérieurs auraient eu lieu depuis la confirmation par la Cour Electorale Spéciale des résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Des réunions qui se seraient tenues notamment dans une Cité militaire sise à Nanisana et dans la maison d’un Officier supérieur habitant du côté d’Itaosy.

Politiques-politiciennes. Selon nos sources, deux Officiers Généraux et quatre Colonels figurent parmi les instigateurs de ce projet. Des Officiers supérieurs dont nous possédons le nom et que nous révèlerons au fur et à mesure de l’évolution de la situation sur le terrain. D’ailleurs, ce renseignement serait pris au sérieux au niveau des hautes sphères des Forces armées. Et ce, dans la mesure où contrairement aux précédents rumeurs de projet de mutinerie et/ou de coup d’Etat militaire, un Chef de Corps serait impliqué dans cette nouvelle menace dont la mise en œuvre est prévue après la proclamation par la CES des résultats définitifs de l’élection présidentielle, c’est-à-dire, le 17 janvier prochain au plus tard. Par ailleurs, à croire nos sources, certains Sous-officiers et des Hommes de troupe issus de la Primature, de la Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (FIGN) et du Régiment d’Artillerie Lourde (RAL) à Arivonimamo seraient également dans le coup.

Reconnaissance internationale. L’objectif serait de remettre les pleins pouvoirs à un Officier Général. Le nom de l’ancien Premier ministre de la HAT et non moins candidat malheureux du premier tour de la Présidentielle, le Général Camille Albert Vital est notamment cité comme le futur président de cette nouvelle Institution transitoire qui ne bénéficiera certainement pas de la reconnaissance internationale. Depuis quelques temps, des tracts relatifs à ce projet ont été véhiculés au niveau des casernes. En tout cas, cette affaire risque de diviser davantage les Hommes en treillis qui ont toujours été frappés par la scission depuis 2009. La question est de savoir cependant si le peuple malgache, las des politiques-politiciennes et des effets néfastes de la crise et qui a soif d’un vrai changement, acceptera de suivre hasardeusement cette nouvelle « manœuvre machiavélique ».

Davis R

Share This Post