Magro Behiririka : Barrage démantelé par l’Emmoreg



Jacaranda
Jean Louis Robinson dénonce un second coup d’Etat. (Photo : Kelly)
Jean Louis Robinson dénonce un second coup d’Etat. (Photo : Kelly)

Le Magro Behoririka était noir de monde samedi dernier. En effet, les partisans de la mouvance Ravalomanana et du candidat Jean Louis Robinson étaient venus nombreux au « Kianja » pour écouter les consignes des leaders du mouvement. Les « Zanak’i Dada » envisagent de contester par tous les moyens les résultats de la Présidentielle publiés dernièrement par la Cour Electorale Spéciale (CES). En effet, d’après le porte-fanion du Parti Avana, « la CES a commis le 17 janvier dernier, un second coup d’Etat après celui de 2009 ». Et ce, dans la mesure où selon ses dires, « le scrutin a été entaché de fraudes et la proclamation des résultats a été organisée de façon hâtive ». Actuellement, la mouvance Ravalomanana attend la suite des requêtes qu’elle a déposées au niveau des instances internationales. En réponse à la proposition de certains partisans du Magro qui réclament une descente dans la rue, le Docteur Jean Louis Robinson a annoncé : « Nous avons de meilleures stratégies pour défendre notre cause. Cependant, une descente dans la rue nécessite une stratégie bien élaborée… Pour ma part, je n’envisage pas de vous envoyer à l’abattoir ». Il convient de noter que les partisans du Magro sont divisés sur la question. Samedi dernier, une partie des manifestants ont brûlé des pneus et ont érigé des barrages à l’extérieur du « Kianja » mais les éléments de l’Emmoreg présents sur le lieu les ont aussitôt enlevés. L’on a enregistré deux arrestations. D’après les « Zanak’i Dada », les instigateurs de cet acte sont des mercenaires qui ont été payés pour entacher le mouvement au Magro.

Davis R

Share This Post