Nomination aux hauts emplois de l’Etat : Mapar et Mouvance Ravalo sur la touche



Jacaranda
Le HVM de Hery Rajaonarimampianina tente de verrouiller le pouvoir au détriment des autres sensibilités politiques membres de la PMP.
Le HVM de Hery Rajaonarimampianina tente de verrouiller le pouvoir au détriment des autres sensibilités politiques membres de la PMP.

Jusqu’ici, force est de constater que le président Hery Rajaonarimampianina n’est pas prêt à s’ouvrir aux autres forces politiques qui le soutiennent. On s’achemine vers le verrouillage du pouvoir par le HVM.

40 jours après son installation à la magistrature suprême du pays, le président de la République Hery Rajaonarimampianina n’a procédé qu’à quatre nominations aux hauts emplois de l’Etat. Il a nommé le nouveau secrétaire général de la Présidence, le nouveau directeur de Cabinet de la Présidence, le nouveau directeur général de l’Aviation Civile de Madagascar et le nouveau PDS de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Aucun signe d’ouverture politique n’est constaté au vu des nouveaux titulaires de ces postes à haute responsabilité. Le président Hery Rajaonarimampianina place ses hommes du HVM (Hery Vaovao ho an’i Madagasikara) alors qu’il a prôné l’ouverture dans son discours d’investiture à Mahamasina. D’un côté, le nouveau président écarte les extrémistes de son ancienne famille politique qui est le Mapar. De l’autre côté, il met sur la touche la mouvance Ravalomanana dans la nomination aux hauts emplois de l’Etat. Alors que cette mouvance constitue le pilier de sa majorité à l’Assemblée nationale avec 20 députés. Pour le cas de la délégation spéciale de la commune urbaine d’Antananarivo, il a opté pour une personnalité qui n’a évolué ni dans le Mapar, ni dans la mouvance Ravalomanana.

Non-respect de la parole donnée. Au niveau du gouvernement, rien n’est encore déterminé sur la répartition des postes ministériels entre les entités politiques qui soutiennent le nouveau président au sein de la PMP. Les négociations se limitent jusqu’à présent entre le Mapar et le HVM qui n’a aucun député à l’Assemblée nationale. Alors qu’au sein de ces entités membres de la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle, il n’y a pas que les extrémistes. Il y a des modérés qui ne sont pas politiquement très marqués. On a appris que sur les 27 postes ministériels qui sont à partager, la plate-forme d’Andry Rajoelina en exige 12, donc presque la moitié.  Or, dans le futur gouvernement, le HVM de Hery Rajaonarimampianina revendiquera sa part de gâteau. Que resterait-il donc pour les autres entités politiques qui ont des députés à l’Assemblée nationale et qui forment la majorité au sein de la PMP ? Sans parler des autres entités politiques qui ont soutenu le président Hery Rajaonarimampianina lors du deuxième tour de la Présidentielle, pour ne citer que le MTS, le MDM. En fait, on accuse actuellement le président de la République de ne pas tenir sa parole. Alors que ce non-respect de la parole donnée était à l’origine de la mauvaise image d’Andry Rajoelina pendant la Transition.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post