Bureau permanent de l’Assemblée nationale : Tractations en cours pour le partage de « Seza »

Jacaranda
Le vent de destitution souffle à Tsimbazaza depuis la prestation de serment des trois nouveaux membres de la HCC. (Photo d’archives)
Le vent de destitution souffle à Tsimbazaza depuis la prestation de serment des trois nouveaux membres de la HCC. (Photo d’archives)

Face au rouleau compresseur PMP-HCC, le Mapar grâce auquel Hery Rajaonarimampianina a été élu président a intérêt à négocier sa survie.

Le Palais de Tsimbazaza est de nouveau en effervescence depuis la prestation de serment des trois nouveaux membres de la Haute Cour Constitutionnelle qui devrait se prononcer aujourd’hui sur la requête des députés demandant l’annulation des élections organisées pour la constitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale. Les négociations sont en ce moment en cours pour l’identification de celui ou celle qui pourrait prendre la place de Christine Razanamahasoa au perchoir. Cette dernière étant la première cible des manœuvres politico-juridiques qui se profilent à l’horizon. La question qui se pose est de savoir qui sera le successeur de l’ancien ministre de la Justice. En fait, ce ne sont pas les prétendants qui manquent. Jean Max Rakotomamonjy, le candidat malheureux de la PMP à la première élection, va-t-il se représenter ? Outre le nom de ce député d’Andapa, des noms circulent, comme Toto Marie Lydia, Siteny Randrianasoloniaiko, Laisoa Jean Pierre dit Jaovato et Hary Andrianarivo. L’actuelle femme au perchoir pourrait se présenter à sa propre succession, elle qui a toujours confiance en la majorité dont dispose son groupement politique Mapar à l’Assemblée Nationale.

Concession. Il faut rappeller que le Mapar d’Andry Rajoelina qui a raflé tous les postes à pourvoir au sein du bureau permanent de l’Assemblée nationale lors des premières élections a déjà fait une concession suite aux pressions de l’extérieur. Ces députés « Miaraka amin’i Prezida Andry Rajoelina » seraient prêts à lâcher trois postes de vice-président et le poste du Questeur I. Reste à savoir si la Mapar maintient cette concession. En tout cas, l’audience que la HCC tiendra aujourd’hui est d’importance capitale. A l’ordre du jour de cette audience devrait figurer  la requête déposée par un quart des députés qui attaquent le règlement intérieur qui a régi les premières élections de constitution du bureau permanent de la Chambre basse. D’après Christine Razanamahasoa, le règlement intérieur utilisé est celui adopté du temps du Congrès de la transition. Une aberration que certains députés ont dénoncée. Ces derniers exigent un nouveau règlement intérieur qui doit être soumis au contrôle de constitutionnalité par la HCC avant son application. Bref, l’étau se resserre contre Christine Razanamahasoa et consorts. Face à ce rouleau compresseur PMP-HCC, le Mapar d’Andry Rajoelina, grâce auquel Hery Rajaonarimampianina a été élu président de la République, a intérêt à négocier sa survie.

RAJAOFERA Eugène

Share This Post