Projet de coup d’Etat : 2 Généraux et 7 Colonels dans le collimateur des enquêteurs

D’autres Officiers et Sous-officiers seront également auditionnés pour cette affaire.
D’autres Officiers et Sous-officiers seront également auditionnés pour cette affaire.

Certains Officiers supérieurs, à l’instar des Colonels Fidy Rafaliarison et Lylison René auraient déjà été convoqués par leurs supérieurs hiérarchiques.

Apparemment, l’affaire sur un éventuel projet de coup d’Etat militaire, qui a fait cette semaine l’objet de la convocation par la Brigade des Recherches à Fiadanana, du Chef du Bureau des Opérations et des Instructions du 1er Régiment des Forces d’Intervention, le Lieutenant-colonel Roger Luc, est encore loin de son dénouement. En effet, de sources proches des Forces armées, d’autres Officiers supérieurs, une vingtaine au total, soupçonnés d’être impliqués dans cette affaire, sont également dans le collimateur des enquêteurs. Parmi eux figurent entre autres, deux Officiers Généraux, 7 Colonels et quelques Sous-officiers. A l’instar d’un ancien ministre des Forces armées, un ex-Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy (CEMGAM) et un ancien Chef de Corps. Selon nos sources, tous les Officiers et Sous-officiers connus comme étant des proches de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina sont désormais surveillés de près. Certains d’entre eux ont déjà été convoqués et mis en garde par leurs supérieurs hiérarchiques. C’est l’exemple notamment de l’ancien Aide de camp d’Andry Rajoelina, le Colonel Fidy Rafaliarison qui a été convoqué par l’actuel CEMGAM, le général de Division Rasolofonirina Béni Xavier, et l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS), le Colonel Lylison René, convoqué par le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Paza Didier Gérard au lendemain même du jour de la publication des rumeurs sur une éventuelle rencontre d’Officiers des Forces armées avec l’ancien président de la Transition. Une rencontre qui aurait été organisée au bureau de l’Injet Ambodivona. L’on soupçonne à certains d’entre eux de manœuvrer et de distribuer de l’argent au niveau des casernes en vue de recruter des militaires pour soutenir leur cause.

Arrestations. En tout cas, cette affaire est suivie de près au niveau des casernes. Il est en effet évident que les renseignements de ce genre sont pris au sérieux au niveau de la Hiérarchie militaire. Cependant, bon nombre d’observateurs considèrent cette situation comme « une manœuvre visant à faire taire les Officiers et Sous-officiers proches de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina ». D’ailleurs, à en croire nos sources, les renseignements seraient infondé. Ce ne serait qu’une rumeur qui aurait été véhiculée par un agent de renseignement travaillant du côté d’Ambohitsorohitra. C’est certainement la raison pour laquelle certains Officiers, Sous-officiers et Hommes de troupes, notamment issus du 1er Régiment des Forces d’Intervention (1er RFI) Ivato envisagent de se regrouper pour défendre leurs frères d’armes au cas où il y aurait des arrestations. A noter que jeudi dernier, un autre militaire issu du 1er RFI a également été auditionné auprès de la Brigade des Recherches à Fiadanana.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication