Mouvance Ravalomanana : Prête à quitter le pouvoir s’il le faut

Jacaranda
Guy Rivo Randrianarisoa discutant samedi dernier au Magro avec les irréductibles de la Mouvance Ravalomanana.
Guy Rivo Randrianarisoa discutant samedi dernier au Magro avec les irréductibles de la Mouvance Ravalomanana.

Pour la énième fois, la Mouvance Ravalomanana menace de quitter le pouvoir sans avoir l’audace de franchir le rubicon.

Les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana ont fait le monter le ton samedi dernier au Magro Behoririka. Le Questeur III de l’Assemblée nationale, non moins porte-parole de la Mouvance Ravalomanana Guy Rivo Randrianarisoa a dénoncé les « manœuvres » du régime en place sur le retour au pays de l’exilé d’Afrique du Sud. « Nous sommes prêts à quitter le pouvoir s’il le faut », a martelé cet élu pro-Ravalomanana qui semble avoir regretté son soutien au pouvoir de Hery Rajoanarimampianina. A propos des déclarations du président de la République sur les Etats-Unis, Guy Rivo Randrianarisoa de mettre les points sur les « i » : « Marc Ravalomanana n’a pas déclaré que les Etats-Unis lui appartenaient. Par contre, il détient la clé s’il s’agit de s’adresser aux Etats-Unis. Si vous (NDLR : allusion au président Hery Rajaonarimampianina) n’avez pas la clé. C’est pourquoi vous bavardez. Si vous voulez avoir notre collaboration, il suffit de nous dire : venez, aidez-nous. »

2018. Le député Guy Rivo Randrianarisoa de pousser le bouchon un peu plus loin : « Il (allusion au président Hery Rajaonarimampinaina) a peur de ne pas être réélu en 2018 et de ne pas pouvoir faire élire son candidat à la mairie d’Antananarivo. Par ailleurs, il a peur d’être détesté par la population. Si vous voulez reconquérir la confiance du peuple malgache, laissez retourner à Madagascar le président Marc Ravalomanana. » A propos de ce retour, le Questeur III de l’Assemblée nationale a révélé que beaucoup d’actions sont en ce moment menées dans les coulisses. « On ne peut pas les révéler car il y a beaucoup de traîtres », a déclaré Guy Rivo Randrianarisoa. En tout cas, l’ancien président ne peut pas miser sur ses lieutenants à Madagascar pour son retour au pays. Ces lieutenants de l’ancien président n’arrivent pas à s’entendre sur la stratégie à mettre en œuvre pour obtenir ce retour. Au Magro Behoririka par exemple, le torchon brûle entre l’équipe de Bel’Air de Razoarimihaja Solofonantenaina qui y a comme pion l’ancien CT Zafilahy Stanislas et les anciens membres du Congrès de la transition conduits par Raharison Hilarion à qui Marc Ravalomanana a confié la charge de poursuivre le meeting sur le lieu. Ce dernier vient d’être destitué de son statut de leader au Magro.

Zimbabwe. Par ailleurs, on n’entend pas parler de Marc Ravalomanana depuis Victoria Falls (Zimbabwe) où se déroule depuis hier le 34e Sommet des chefs d’Etat et du Gouvernement de la SADC. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina y est en ce moment. Le cas de Madagascar n’a pas été évoqué lors de la cérémonie d’ouverture de ce Sommet. D’ailleurs, on ne sait pas jusqu’ici si l’ancien président Marc Ravalomanana est invité en marge du Sommet. Tout sera connu aujourd’hui. Car si l’exilé d’Afrique du Sud est invité, il devrait être à Victoria Falls aujourd’hui, car son éventuelle rencontre avec le président Hery Rajaonarimampianina ne pourrait se tenir qu’après le Sommet qui sera clôturé ce jour. En tout cas, force est de constater que même les plus convaincus des partisans de l’ancien président ne croient pas en retour de ce dernier. Un retour qui ne serait possible qu’en 2018, estiment-ils.

R. Eugène

Share This Post