Aéroport d’Ivato : Les ministres Ndahimananjara et Lalaharisaina fouillés minutieusement

Jacaranda
Jouissant des privilèges et d’immunité liés à leurs fonctions, les membres du gouvernement et les députés ne devraient pas être soumis au même régime de contrôle que les simples citoyens à l’aéroport d’Ivato.
Jouissant des privilèges et d’immunité liés à leurs fonctions, les membres du gouvernement et les députés ne devraient pas être soumis au même régime de contrôle que les simples citoyens à l’aéroport d’Ivato.

Outre le député élu à Antalaha, deux membres du gouvernement étaient victimes d’une fouille exagérée à l’aéroport d’Ivato.

Les agents d’une société privée affectés au contrôle des passagers à l’aéroport d’Ivato vont très loin dans leur mission. « Un excès de zèle », estime une personne qui a été témoin d’une fouille exagérée sur un passager d’un vol intérieur. En fait, les simples citoyens qui ne jouissent pas des privilèges liés aux hautes fonctions de l’Etat ne sont pas les seuls qui sont soumis à cette fouille sauvage. Deux membres du gouvernement, dont la ministre de l’Eau Johanita Ndahimananjara, et celui des Ressources Stratégiques, Joéli Valérien Lalaharisaina, en ont été victimes. Ces deux ministres ont été fouillés de haut en bas à l’aéroport d’Ivato. Aucun de leurs effets personnels n’a échappé au contrôle des agents de l’aéroport. Ces deux membres du gouvernement n’étaient pas les seuls hauts dirigeants du pays qui ont été soumis à cette fouille exagérée. Des députés qui jouissent de leur immunité parlementaire et qui sont en possession des cartes professionnelles qui leur permettent de circuler librement dans certaines zones interdites aux simples citoyens n’étaient pas épargnés par cette mesure disproportionnelle.

Situation exceptionnelle. Normalement, les membres du gouvernement et les parlementaires ne devraient pas être soumis à ce genre de contrôle policier. Du temps de la transition d’Andry Rajoelina, on se souvient encore que lors du retour au pays de l’épouse de l’ancien président Marc Ravalomanana,  le vice-Premier ministre Botozaza Pierrot et les ministres Rolland Ravatomanga, Olga Ramalason ainsi que Ihanta Randriamanjato avaient eu accès librement à la zone d’embarquement de l’aéroport international d’Ivato pour l’accueillir dans le salon d’honneur. Ces membres du gouvernement du premier ministre Omer Beriziky n’ont pas été soumis à la fouille systématique des agents assurant la sécurité à l’aéroport d’Ivato. Actuellement, il n’y a pas une situation exceptionnelle qui justifie cette mesure exceptionnelle. En tout cas, on s’interroge sur l’excès de zèle des éléments d’une société privée qui assure le contrôle des passagers à Ivato.

R. Eugène

Share This Post