Détournement au Ministère de l’Energie : Deux autres anciens ministres cités devant la barre

EnergieLe sort des 11 personnes impliquées dans cette affaire sera fixé le 7 octobre, date du verdict.

Le verdict de l’affaire de détournement commis en 2011 au niveau du Ministère de l’Energie sera prononcé le 7 octobre prochain. Pour l’heure, les 11 individus impliqués, entre autres, l’ancien ministre de la Transition, Rodolphe Ramanantsoa, l’ancien Secrétaire général dudit Ministère, l’ex-Directeur Administratif et Financier, le dépositaire des chèques carburants, la personne responsable du marché public (PRMP) de ce département et deux de ses collaborateurs, ainsi que trois employés de l’entreprise COGELEC dont son chef magasinier, bénéficient d’une liberté provisoire. Pourtant, 6 d’entre eux, accusés de faux et usage de faux risquent jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. D’autant plus que le PRMP a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés. Ce qui n’était pas le cas de l’ancien ministre Rodolphe Ramanantsoa. Ce dernier, accusé de larcin et de trafic d’influence a en effet plaidé non coupable. On lui reproche d’être impliqué dans le vol d’ordinateurs, de vidéoprojecteurs, de poste téléviseur et de biens mobiliers. Des matériels que Rodolphe Ramanantsoa aurait utilisés lorsqu’il était Directeur général du Ministère en 2007-2009. En effet, son avocat a expliqué que lorsque son client a été nommé ministre, c’est le responsable logistique qui devait faire l’inventaire de ces matériels.

Billets d’avion. En tout cas, les noms de deux autres anciens ministres de la Transition ont été cités devant la barre. Le premier, pointé du doigt dans l’affaire de détournement des tickets carburants. L’ancien Directeur Administratif et Financier a déclaré lors du procès que les CCAL ont été utilisés pour financer les activités sociales du Ministère, mais aussi et surtout pour acheter les billets d’avion de l’épouse d’un ancien ministre lors de ses différents voyages aussi bien à l’intérieur qu’à l’étranger. Pour sa part, le second ex-ministre aurait été impliqué dans une affaire de détournement en novembre 2011, lors de l’achat des matériels pour l’installation du central hydro-électrique de Tsiazompaniry. Ces matériels utilisés pour la lutte contre les délestages quotidiens  qui ont frappé Antananarivo à l’époque, ont été achetés auprès de l’Entreprise COGELEC. Alors que le Ministère a payé la totalité de leur prix, COGELEC aurait procédé à une livraison partielle. A noter toutefois que la livraison de la totalité des commandes a déjà été effectuée le 5 avril 2012. Au cours du procès, les accusés se sont dits étonnés du fait que les principaux responsables, à savoir les deux anciens ministres concernés directement n’ont pas été convoqués devant la barre. Quoiqu’il en soit, le sort des 11 personnes impliquées sera fixé le 7 octobre, date du verdict.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication