Face-à-face à l’Assemblée nationale : Le gouvernement malmené

Jacaranda

une120 questions ont été posées durant cette rencontre entre l’équipe du Premier ministre Kolo Roger et les députés.

28 jours après le coup d’envoi de la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale, l’équipe gouvernementale s’est présentée à Tsimbazaza pour présenter le rapport des travaux réalisés, six mois après sa formation. En effet, comme prévu, le face-à-face entre le gouvernement Kolo Roger et les députés s’est déroulé hier. 120 questions ont été posées à l’occasion. Elles concernent entre autres, la recrudescence de l’insécurité, les problèmes de délestage, la peste qui frappe actuellement certains quartiers de la capitale, le cas des « dahalo niova fo » et la situation de leurs victimes, le non-paiement des salaires et des subventions des enseignants FRAM, des Chefs « Fokontany » et des agents des Collectivités Territoriales Décentralisées, les difficultés rencontrées par les agents des Centres de Santé de Base, les problèmes au niveau des Universités, la corruption et le manque d’infrastructures sportives… Autant de griefs dressés par les députés pour dénoncer l’inefficacité du gouvernement qui parît incapable de résoudre les difficultés sociales auxquelles la population fait face quotidiennement. Pourtant, au début de la rencontre, le Premier ministre Kolo Roger s’est vanté de fournir des efforts pour améliorer les conditions de vie sociale des Malgaches en priorisant entre autres, la lutte contre l’insécurité et la réconciliation nationale. En tout cas, dans leur prise de parole, les parlementaires ont cherché uniquement à défendre les intérêts de la population au niveau de leur circonscription respective. On a également pu constater que bon nombre d’entre eux ont gaspillé leur temps de parole en remerciant et en complimentant le Premier ministre et les membres du gouvernement. Et ce, bien que parfois, aucune réalisation n’ait été faite au niveau de leur district. En outre, à cause du délestage, plusieurs circonscriptions vivent dans l’obscurité pendant plus de huit heures par jour.

Réconciliation nationale. En ce qui concerne le domaine de la politique, certains députés ont malmené le gouvernement. Ce face-à-face était pour eux une occasion pour interpeller le Premier ministre Kolo Roger, notamment sur l’affaire Marc Ravalomanana et Jean Marc Koumba. C’est le cas du député du IVe Arrondissement de Tana, Rahasimanana PaulBert (Rossy) qui estime que l’ancien garde du corps de Ravalo est tout simplement un bouc émissaire dans cette affaire. « Libérez-le et forcez Marc Ravalomanana à révéler les informations relatives à son retour », a soutenu Rossy. Tout en ripostant à Kolo Roger qui a déclaré que c’est le MAPAR qui a financé le projet de motion de censure contre lui. « C’est le député Jaovato qui était à l’origine de cette affaire et l’argent venait de vous-même. Vous devriez limoger vos conseillers, puisqu’ils sont incapables de vous fournir les informations réelles », a-t-il martelé. Pour sa part, le député du 1er Arrondissement, Maître Hanitra Razafimanantsoa a demandé à l’Exécutif d’expliquer si l’ancien président est incarcéré pour une affaire politique ou une affaire pénale. En effet, la vice-présidente de l’Assemblée nationale estime que si Ravalo est poursuivi pour une affaire politique, le processus de réconciliation nationale en cours devrait aboutir à sa libération. Quoi qu’il en soit, si l’on se réfère aux discours tenus hier à Tsimbazaza, l’on constate que le MAPAR et la mouvance Ravalomanana commencent à adopter une position commune par rapport au processus de réconciliation nationale. La séance de question-réponse à Tsimbazaza n’a pris fin que très tard dans la soirée.

Davis R

Share This Post