Trafics de bois de rose : L’épouse d’un magistrat recherchée

Jacaranda
Le ministre Anthèlme Ramparany prône la tolérance zéro contre les trafiquants de bois de rose.
Le ministre Anthèlme Ramparany prône la tolérance zéro contre les trafiquants de bois de rose.

L’épouse d’un magistrat est impliquée dans les trafics de bois de rose dans la région de la SAVA.

La lutte contre les trafics de bois de rose s’intensifie au sein du ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts. Le ministre Anthèlme Ramparany a effectué samedi dernier une inspection inopinée dans la région de la SAVA. « Cette mission s’est inscrite dans le cadre de la mise en œuvre des déclarations du président de la République sur la lutte contre les trafics de bois de rose. », a-t-il expliqué. Au cours de ses déplacements, le ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts a organisé une réunion avec  l’OMC (Organe Mixte de Conception). « Cette réunion a permis de renforcer les dispositifs de surveillance et de sécurisation dans la SAVA. », a souligné Anthèlme Ramparany.

700 rondins. Le ministre Anthèlme Ramparany,  accompagné du directeur de la Police Judiciaire au sein de la Gendarmerie nationale, n’est pas rentré bredouille. 700 rondins de bois de rose ont été saisis dans la commune rurale d’Ampahana, district d’Antalaha. Ces rondins saisis appartiennent à un certain MD. Par ailleurs,  de nombreux rondins de bois de rose ont été répertoriés dans le cap Masoala. D’après les explications du ministre de l’Environnement, ces bois répertoriés appartiennent à l’épouse d’un magistrat dont le nom est déjà connu. Les personnes impliquées dans ces trafics n’étaient pas sur place au moment de l’inspection. Elles sont actuellement recherchées. « L’enquête approfondie sera menée. La procédure de saisie est en cours. La tolérance zéro sera appliquée à tout le monde. », prévient le ministre Anthèlme Ramparany.

Tribunal spécial. Lors de ses dernières interventions, le ministre de l’Environnement a réitéré sur la nécessité de création d’un tribunal spécial pour juger les personnes impliquées dans les trafics de bois de rose. En attendant la mise en place de ce tribunal spécial, le ministère de l’Environnement se prépare conformément aux décisions prises par le gouvernement aux déplacements dans les pays où des bois de rose ont été interceptés et saisis. Ces bois de rose saisis à l’étranger pourraient être vendus à l’étranger.

Recueillis par R. Eugène

Share This Post