Réconciliation nationale : Le Sommet à cinq avant Noël


une
Après la tenue des pourparlers de Faravohitra, le prochain défi du FFKM est d’organiser le Sommet à cinq avant Noël.

Contrairement à ce que certains politiciens animés par des excès de zèle essaient de faire croire, le président Hery Rajaonarimampianina apporte son soutien moral, matériel et financier aux efforts du FFKM.

Le FFKM ne lâche pas prise malgré les déclarations qui ont pour objectif de déjouer le processus de réconciliation en cours. A Mahajanga, le Conseil des églises chrétiennes de Madagascar a terminé la 35e réunion de son comité central sur une note positive. « Grâce aux efforts que nous déployons jusqu’ici, le FFKM envisage d’organiser le Sommet des anciens présidents et de l’actuel président de la République avant la fête de la Nativité », a affirmé un membre du Sefip, un organe de réflexion et d’exécution au sein du Conseil des églises. Interrogé sur les conséquences de la déclaration publique du président de la République qui veut « diriger » la réconciliation nationale, notre interlocuteur de mettre les points sur les « i » : « Le président Hery Rajaonarimampianina cautionne nos actions. La preuve, il nous accorde son soutien moral, matériel et financier. C’est grâce à ce soutien que nous pouvons mener à bien jusqu’à président le processus. »

Garant. Ce membre du Sefip d’ajouter : « En nous accordant son soutien, le président de la République est le garant du processus de réconciliation en cours. Si cette réconciliation nationale n’a pas pu être réalisée pendant la transition, c’est parce que le président Andry Rajoelina n’y a pas adhéré. Actuellement, le président Hery Rajaonarimampianina étant dans le processus, on n’aura pas de problème quand il s’agit de mettre en œuvre ce qui sera consensuellement décidé à l’issue du processus. » Sans avoir fixé des calendriers lors de la réunion de Mahajanga, le Conseil des églises envisage pourtant d’élargir le processus après la tenue du Sommet à Cinq. « Il est vrai que la réconciliation nationale ne devrait pas se limiter aux politiques. Mais, il faut reconnaître que les cinq personnalités concernées par le Sommet à cinq ont joué leur rôle particulier durant les crises politiques successives à Madagascar. Il est donc tout à fait normal qu’on les consulte d’abord. », a expliqué notre interlocuteur.

Musulmans, Tangalamena, « Dada Rabe »…D’après le membre du Sefip que nous avons pu contacter, le processus de réconciliation nationale sera élargi aux autres entités ou forces politiques, de la société civile et de la société religieuse. « On va y impliquer les chrétiens, les musulmans, les « Tangalamena », et pourquoi pas les « Dada Rabe » », rassure-t-il pour faire comprendre qu’aucune entité ne sera oubliée. Il y aurait donc une complémentarité. Complémentarité entre la réconciliation nationale véhiculée par le FFKM et la décentralisation effective que le régime en place considère comme un outil par excellence pour réconcilier les Malgaches entre eux. La décentralisation telle qu’elle est actuellement conçue par le régime de Hery Rajaonarimampianina  ne suffira pas, car on ne pourra pas réaliser un développement équilibré avec seulement 5% du budget 2015 pour les actions de développement en province. En tout cas, le FFKM reste optimiste. Si Lalao Ravalomanana et son médecin personnel ont droit à plus de 10 jours de visite auprès de l’ancien président placé en résidence surveillée à Antsiranana depuis le 13 octobre 2014, c’est parce que le processus avance.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication