Hery Rajaonarimampianina à Mampikony : « La réconciliation n’est pas une nouvelle feuille de route »


Le président Hery Rajaonarimampianina et le ministre Anthelme Ramparany ont pu rencontrer la population de Mampikony hier malgré la pluie.
Le président Hery Rajaonarimampianina et le ministre Anthelme Ramparany ont pu rencontrer la population de Mampikony hier malgré la pluie.

Le président a coupé court aux faux espoirs qui animent certains politiciens depuis le 19 décembre dernier.

72 heures après le sommet des cinq qui s’est déroulé au CCI Ivato et en attendant le deuxième round de ce sommet prévu le 13 janvier 2015, le président Hery Rajaonarimampianina a formellement démenti une éventuelle répartition de sièges après le processus. « La réconciliation n’est pas une nouvelle Feuille de route. », a-t-il déclaré en marge du lancement officielle de la campagne de reboisement 2014-2015 qui s’est tenu hier dans la commune de Bekoratsaka, district de Mampikony. Le chef de l’Etat a réitéré à l’occasion que la réconciliation nationale est nécessaire. « Il faut dialoguer. Il y a des blessures, il faut les guérir. Madagascar en a besoin pour pouvoir se développer. » a-t-il martelé. Les déclarations faites hier à Mampikony par le président de la République qui a beaucoup investi pour la concrétisation du sommet des cinq met un point final aux supputations qui font croire que le processus de réconciliation nationale devrait aboutir à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale composé des représentants des différentes entités politiques participant au processus.

Promesses électorales. Le président Hery Rajaonarimampianina a précisé à Mampikony que la réconciliation nationale se vit quotidiennement. « On ne dit pas qu’on va faire la réconciliation nationale. La réconciliation nationale doit être un vécu quotidien. On ne fait pas la réconciliation nationale, on la vit.», estime le chef de l’Etat. En parlant de reboisement, le président Hery Rajaonarimampianina a évoqué à Mampikony que le reboisement faisait partie de ses promesses électorales. « J’ai déclaré durant ma campagne électorale que chaque citoyen malgache doit planter au moins deux ou trois arbres. », a-t-il rappelé. Avant de continuer : « Quels que soient nos efforts pour la construction des barrages et la réhabilitation des routes, tout cela ne servira à rien si la protection de l’environnement laisse à désirer. Il nous faut donc planter des arbres pour que l’objectif de Madagascar vert soit atteint. Arrêtons de détruire notamment nos bois précieux. »Pour sa part, le ministre de l’Environnement Anthelme Ramparany qui a présidé la forte délégation du département de l’Environnement de l’Ecologie et des Forêts à Mampikony a lancé un appel à ses concitoyens pour l’arrêt de tout acte de déforestation.

8 000 plants. Par ailleurs, le ministre Anthèlme Ramparany a souligné que le ministère de l’Environnement agit actuellement dans le cadre de la préparation à la sortie du schéma d’aménagement forestier. « Ce schéma nous permettra de sauver nos forêts. », a-t-il expliqué. Avant de donner des chiffres : « Entre 2005 et 2010, 22 000ha de forets par an ont disparu. Entre 2010 et 2013, ce dégât a atteint 45000ha par an. Pour la région Sofia où se trouve le district de Mampikony, 78% de sa superficie étaient couvertes de forêts. Actuellement, il ne reste que 8% de cette superficie. Cette réalité explique pourquoi l’Etat a choisi Mampikony pour le lancement officiel de la campagne de reboisement 2014-2015. Cette campagne sera menée sous le thème de « Reboisement pour tous ». »A noter que le reboisement de Bekoratsaka (Mampikony) a été réalisé grâce à l’appui de la fondation Ecoformation. 8 000 plants ont été mis sous terre hier à Bekoratsaka sur une superficie de 5 hectares.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication