Hery Rajaonarimampianina : Halte à la déstabilisation

Le président Hery Rajaonarimampianina a dressé un bilan des 11 mois passés à la tête de la Nation.
Le président Hery Rajaonarimampianina a dressé un bilan des 11 mois passés à la tête de la Nation.

Le président de la République a justifié les raisons de ses différents déplacements à l’extérieur, lors de son discours de nouvel an d’hier.

Dans ce discours, le président Hery Rajaonarimampianina a lancé un appel au calme. « Il faudrait mettre fin aux querelles intestines et arrêter de raviver des tensions entre les Malgaches quelle que soit son origine». Autrement dit, halte à la déstabilisation. Ce fut également une occasion pour le président de la République de dresser un bilan des 11 mois passés à la tête de la Nation. Le chef de l’Etat de rappeler ainsi les cinq années de crise que le pays a traversées. Avec tout ce que cela suppose de conséquences notamment la non reconnaissance de la communauté internationale.

Déplacements. Le président a tenu aussi à justifier ses différents déplacements à l’extérieur. C’était, a-t-il souligné dans le but du retour du pays dans le concert des nations. Des déplacements qui ont fait l’objet de tant de polémiques. Toujours est-il qu’il a fait 15 sorties en 11 mois. Il a reconnu que le pays n’est pas encore sorti de l’auberge. Tout en soulignant que « c’est le choix politique qui a fait que le pays est dans sa situation actuelle ». Il a cité notamment le délestage dont le régime actuel a hérité. Faisant sans doute allusion au régime transitoire.

Aspects positifs. Le président Hery Rajaonarimampianina a parlé aussi de ce qu’il qualifie de positifs dans les aspects de sa conduite des affaires de l’Etat. « Le pays a retrouvé sa place dans le concert des Nations, la tenue de la Francophonie à Madagascar en 2016 ainsi que sa réintégration dans l’AGOA ». Et d’ajouter que le pays a pu également bénéficier de l’aide budgétaire en provenance des bailleurs de fonds. Sur ce point, le président de la République a fait remarquer qu’après plus de 50 ans d’indépendance, nous sommes encore dépendants de l’extérieur. Toujours dans son discours à la Nation, le chef de l’Etat a déclaré l’importance d’une nouvelle culture pour le redressement du pays. Et à lui de réitérer qu’« en tant que raimandreny, je vais diriger la réconciliation nationale ». Il a pris comme exemple le sommet à cinq placé sous l’égide des quatre chefs d’église du FFKM. « C’est le signe que nous sommes en train de procéder à la réconciliation nationale » a-t-il soutenu. Mais l’on se demande quelle serait la suite ?

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication