Nomination aux hauts emplois de l’Etat : Malaise entre Ravalomanana et son ministre du Commerce



Jacaranda
Soucieux de la culture des résultats, Henri Rabesahala opte pour un Cabinet composé de techniciens.
Soucieux de la culture des résultats, Henri Rabesahala opte pour un Cabinet composé de techniciens.

Henri Rabesahala estime que son Ministère est un département plutôt technique et non politique.

Une semaine après la formation du gouvernement Jean Ravelonarivo, certains ministres s’occupent et se préoccupent toujours de la formation de leur cabinet. C’est le cas notamment du ministre du Commerce et de la Consommation, Rabesahala Henri qui est encore en pleine négociations dans le cadre de la formation de son staff. En effet, de sources bien informées, la question de la nomination aux hauts emplois de l’Etat au sein de ce département ministériel serait actuellement à l’origine d’un malaise entre le nouveau ministre et l’ancien président Marc Ravalomanana. Ce dernier serait en train de mettre des pressions sur son poulain Rabesahala Henri afin qu’il puisse intervenir dans la nomination aux hauts emplois de l’Etat au sein de ce département. En quelque sorte, l’ancien exilé d’Afrique du Sud entend poser et imposer ses pions à la tête du Commerce et de la Consommation. Il exige que toutes les propositions passent à Faravohitra pour être validées.

« Pressions ». Faut-il rappeler qu’outre le ministre de l’Agriculture, Rolland Ravatomanga, son homologue du ministère du Commerce a également été proposé par la mouvance Ravalomanana. « Dada » souhaite en sorte un renvoi d’ascenseur. Toutefois, selon toujours nos sources, l’ancien Directeur de la bonne gouvernance auprès de la Présidence de la République du temps du régime Ravalo n’entend pas suivre hasardeusement les consignes de son ancien patron. En tant que technicien, il réclame la liberté de décision et refuse catégoriquement de céder aux « pressions ». Henri Rabesahala estime que le ministère du Commerce et de la Consommation est un département plutôt technique et non politique, donc au lieu de favoriser les nominations politiques, il convient de laisser la place aux techniciens. « Calcul politique ». Bon nombre d’observateurs estiment qu’en refusant de cautionner le « calcul politique » orchestré par Faravohitra, le ministre a pris la bonne décision. D’autant plus que le président Hery Rajaonarimampianina exige aux membres du gouvernement le respect de la « culture des résultats ». Quoi qu’il en soit, le ministre du Commerce se trouve désormais entre le marteau et l’enclume. Et ce, dans la mesure où pour réussir sa mission, il devrait être entouré de techniciens capables d’élaborer une stratégie de développement efficace pour le secteur concerné. Pourtant, il ne devrait pas non plus déclarer la guerre à celui qui l’a aidé à obtenir ce poste. En tout cas, cette situation provoque des polémiques actuellement au sein de la mouvance Ravalomanana, notamment au Magro Behoririka et du côté de Bel’Air. D’après toujours nos sources, l’ancien secrétaire général du ministère des Transports, Jean Bruno Ramahefarivo serait pressenti pour le poste de secrétaire général du ministère du Commerce. A noter que son nom figurait sur la liste des ministrables proposés par Ravalo. Pour sa part, Ny Soatiana Rajoelisoa, ex-Directeur du Système Informatique de ce département ministériel du temps, de l’ancienne ministre, Olga Ramalason, serait le grand favori pour le poste de Directeur de Cabinet.

Davis R

Share This Post