Déchéance du président : Les députés prêts à descendre dans la rue

Jacaranda

ASSEMBLEE-(4)30D’après le député Rossy, une démarche a déjà été entamée afin d’exhorter les Forces de l’ordre à encadrer les manifestants.

Malgré la déclaration du GIS-M qui a exhorté les acteurs politiques malgaches à prendre leurs responsabilités afin de préserver la stabilité et la paix, la situation politique risque quand même de dégénérer. Bon nombre d’observateurs estiment que l’on s’achemine actuellement vers une logique d’affrontements. Le « sakoroka » n’est pas à écarter. Hier, les députés ont riposté contre la déclaration du président Hery Rajaonarimampianina qui a dénoncé mercredi dernier la corruption à l’Assemblée nationale lors du vote de la proposition de mise en accusation du président de la République. Apparemment, les députés sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Après avoir tenu une réunion à huis clos dans la salle des séances, les partisans de la motion de déchéance ont tenu une conférence de presse. 124 députés étaient présents lors de cet évènement. Une occasion pour les Jean Jacques Rebenirina, Jaosera Irénée, Dina Romuald, Christine Razanamahasoa, Mahazoasy Freddy et consorts d’exprimer leur détermination à aller jusqu’au bout de leur revendication.

« 2009 bis ». En effet, les parlementaires anti-régime n’écartent pas l’éventualité d’une descente dans la rue. Le député de Tana IV, Rahasimanana Paul Bert (Rossy) a laissé entendre que les membres de la Chambre basse envisagent de convoquer la population tananarivienne à tenir une manifestation pacifique dans les rues de la capitale au cas où la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) rejetterait la mise en accusation de Hery Rajaonarimampianina. Un « 2009 bis » n’est donc pas à écarter. D’ailleurs, Rossy a expliqué qu’une démarche a déjà été entamée afin de convaincre les Forces de l’ordre à encadrer les manifestants et d’éviter ainsi les affrontements. « Pour le moment, nous n’envisageons pas une manifestation de rue, toutefois, nous exhortons les Forces de l’ordre à se préparer pour cette éventualité », a-t-il soutenu. Dans ce sens, le député de Tana IV aurait déjà rencontré le Commandant de l’Emmoreg, le Général Florens Rakotomahanina. Par ailleurs, une entrevue avec le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée Malgache, le Général de Corps d’Armée, Rasolofonirina Béni Xavier serait également envisagée. Reste à savoir si la Hiérarchie militaire va accepter de se soumettre à cette requête. En tout cas, les députés ont déjà mis en garde  contre l’utilisation de la force. « Nous agissons dans le cadre de la légalité, nous n’avons pas peur des intimidations, ni des menaces d’arrestation », a-t-on indiqué.

Impartialité. Au cours de cette conférence de presse, les députés anti-régime  ont lancé un appel à l’endroit des Juges constitutionnels afin de prendre leur décision dans le respect de l’impartialité et de prendre en considération les intérêts supérieurs du peuple malgache. La question de la période d’après Hery Rajaonarimampianina suscite actuellement des débats. Hier, les députés ont précisé qu’au cas où la HCC confirmerait la déchéance du président de la République, c’est l’Assemblée nationale qui disposerait de la plénitude des pouvoirs. Pourtant, la Constitution prévoit une gouvernance collégiale des membres du gouvernement. A cette allure, le pays s’enfonce vers une nouvelle crise politique, quelle que soit la décision de la HCC. A suivre.

Davis R

Telma Fibre Vibe

Share This Post