Suspicion de détournements : L’inspection Générale de l’Etat refoulée 2 fois à Tsimbazaza

Jacaranda
BUREAU
Le bureau permanent serait dans le collimateur de l’IGE.

Bon nombre d’observateurs se posent la question face à la descente de l’Inspection générale de l’Etat (IGE) à l’Assemblée nationale.

A deux reprises, les Inspecteurs d’Etat dépêchés à Tsimbazaza pour réaliser un audit sur la gestion administrative et financière au sein de la Chambre basse, ont été refoulés. De source proche de la Chambre basse, ils n’ont pu rencontrer ni le président de cette Institution, Jean Max Rakotomamoinjy, ni aucun des membres du Bureau permanent. A chaque fois, l’équipe de l’IGE aurait été reçue par le Secrétaire général de l’Assemblée nationale qui leur aurait demandé « poliment » de quitter les lieux et de revenir une autre fois, au motif que les principaux responsables sont absents. Une manœuvre dilatoire qui vicie les rapports entre la Chambre basse et l’IGE. Cette dernière envisage de médiatiser l’affaire si la première ne fait aucun effort pour faciliter le travail des Inspecteurs d’Etat.

Corruption. Il convient de rappeler qu’au mois de juillet 2014, lorsque les députés étaient montés au créneau pour dénoncer le détournement de leurs indemnités de session qui se seraient élevées à 1,350 milliard de Fmg, le président Jean Max Rakotomamonjy a sollicité l’IGE et le BIANCO aux fins d’ouvrir une enquête. La question est donc de savoir s’il n’a pas été informé au préalable de ces descentes inopinées de l’IGE. Quoiqu’il en soit, depuis le début de cette législature, les députés ont été qualifiés à tort ou à raison de « Olomboavidy », c’est-à-dire de corrompus. De son côté, le Bureau permanent est également accusé de détournement et de mauvaise gestion. L’on peut notamment rappeler les affaires de corruption qui ont eu lieu au vu et au su des observateurs et des journalistes présents à Tsimbazaza, lors de la formation de la « Plate-forme pour la Majorité Présidentielle ». Ou encore au moment du vote de la résolution de mise en accusation du président Hery Rajaonarimampianina. Sans oublier les manœuvres autour de la motion de censure contre le gouvernement Ravelonarivo.

Pétition. Par ailleurs, lors de la dernière session ordinaire, la tension a monté d’un cran lorsque des députés dirigés par Jaona Elite ont décidé de lancer une pétition afin de réclamer la dissolution du Bureau permanent. Soupçonné à l’époque d’avoir détourné la somme de 265 millions d’ariary destinée à payer les dépenses liées à la réhabilitation des infrastructures à Tsimbazaza et au paiement du carburant des parlementaires. Ce qui a amené les Questeurs Siteny Randrianasoloniaiko et Guy Rivo Randrianarisoa à rendre des comptes aux membres de l’Assemblée nationale. Reste à attendre s’ils feront de même avec l’IGE.

Davis R.

Share This Post

14 Comments - Write a Comment

  1. En fait, quand un nouveau président ( élu démocratiquement ou pas) arrive aux affaires; il y a une passation de pouvoir, officiel, « ampahibe- maso » , et en coulisse, il doit y avoir une passation de pouvoir « informelle » (antsokosoko) : Et ce, depuis des décennies, voire, des républiques: 2me, 3me et mème la 4me…! et on s’étonne que Madagascar glisse inexorablement dans l’ABIME de la pauvreté ??? Le successeur aussi AVIDE que ses prédécesseurs !!!

  2. cette information prouve de plus en plus que ni les dirigeants nationaux, ni les prétendus élus ne sont que des incompétents ; ceci fortifie toutes observations confirmant un gouvernement sans autorité, une assemblée nationale corrompus jusqu’aux os et un pays MAL GOUVERNE par des sans scrupule.

  3. Je me suis dit la exactement la même chose

  4. Hery Rajaonarimampianina aurait mieux fait de dissoudre cette Assemblée! Dilapider le Trésor de la Chambre Basse fait partie des missions des députés. C’est inconcevable.

  5. Et l’on se demande pourquoi Madagascar est pauvre? Demandez à ces frondeurs pour commencer! Pourquoi l’inspection générale a-t-elle été refoulée? C’est clair que le Trésor de la Chambre Basse n’est pas du tout clean.

  6. L’assemblée nationale n’a plus de raison d’être, Hery Rajaonarimampianina sera forcé d’admettre que les vendus de la chambre basse n’y ont plus leur place. Dans sa quête de la stabilité politique, le président continue de demander la coopération et la cohabitation de l’Executif et du Législatif, mais en vain!!! Quand des représentants du peuple dignes de ce nom?!

  7. Une affaire à suivre comme j’ai dit, car tout se suit et tout se sait, c’est la suite logique de cette affaire qui gangrène l’A.N, notamment des bakchichs et des conflits d’intérêts par ces hommes soit disant ELUS du peuple. Il y a 1 DEBUT à tout effectivement pour ce travail de TITAN d’IGE.

  8. Inona marina moa no zava-bitan’ireo manao be vava ireo ? Inona no handrasani Hery handràva io Assemblée na voyous io é!

  9. Faut-il dire « PARLEMENT DES SOUS » et non « PARLEMENT DE LOIS »

  10. le népotisme existait et existera toujours à mada, quand tu entres dans les BUREAU DES MINISTERES A TANA !…….

  11. Sauf, toute exception faite, la porte de l’AN restera fermée à cause de « l’immunité parlementaire » (ironie de sort! Désolé).

  12. IGE à Tsimbazaza, un affaire à suivre !! Pourquoi pas dans les Ministères et des Directions régionales ?? Autant de magouilles ont été constatées ces derniers temps: signatures à blanc, népotisme…..

  13. Pourquoi Madagascar est dans tous ses états là actuellement? Pauvre, plus pauvre même! Parce qu’il a été contracté par une MALADIE, INCURABLE ou pas, SI … .
    Ce fléau comprend: CORRUPTION, DETOURNEMENTS (des deniers et biens publics), TRAFICS ILLICITES, Trafics d’influence et abus, Népotisme, … .
    Pour « combattre » ce fléau, on commence par CHANGER LA MENTALITE tout en incitant ceux qui ont la BONNE VOLONTE de réaliser une vision commune de PROGRES dans tous les sens!

  14. IGE devant la porte de l’A.N, y a anguille sous roche de Tsimbazaza. AFFAIRE à suivre.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.