Zanak’Androy : « Halte aux exécutions sommaires »

Jacaranda

uneAprès les membres de la société civile, c’était au tour des natifs de l’Androy de monter au créneau, hier, au restaurant « Telozoro » pour dénoncer les exactions perpétrées par les Forces de l’ordre.

Les « Zanak’Androy » haussent le ton face à ce qu’ils qualifient d’«exécutions sommaires » perpétrées par les Forces de l’ordre, et ce, entrant dans le cadre de l’« opération Fahalemana ». A cet effet, ils ont tenu une conférence de presse, hier, au restaurant « Telozoro ». Les familles des victimes, notamment celles résidant à Tsiroanomandidy, ont ainsi apporté leurs témoignages. Elles parlent des arrestations arbitraires suivies d’exécutions sommaires. « Nos proches sont emmenés à une dizaine de kilomètres de Tsiroanomandidy sans aucune forme de procès pour être abattus par la suite», ont-elles soutenu. Elles ont ainsi porté plainte. Selon un des membres de la famille des victimes « les éléments des Forces de l’ordre impliqués dans ces exécutions sont protégés par leurs chefs hiérarchiques ». A l’unisson, ils revendiquent l’arrêt de ces exécutions sommaires.

Ordre. Un natif de la région Androy, en la personne de Tsimiondra Tomasy, n’a pas été tendre à l’endroit du régime. Il n’est pas allé par quatre chemins pour réclamer « le nom de celui qui a donné l’ordre à ces militaires d’utiliser leurs armes contre nous ». Il est même allé plus loin en déclarant que « il y aura quelque chose si cette affaire ne sera pas réglée dans les plus brefs délais ». Il lance ainsi un appel au président de la République et au président de l’Assemblée nationale afin que ces derniers assument leurs responsabilités. Un appel a été aussi lancé dans ce sens aux trois anciens chefs d’Etat et à l’ancien président de la Transition.

Propriétaire de zébus. Un autre intervenant, en l’occurrence, un propriétaire de zébus a proposé que le marché de zébus de Tsiroanomandidy soit fermé pendant trois mois. Il a cité notamment « les Tsenan’omby » qui ravitaillent dans ladite ville et dans d’autres agglomérations du pays. Si ce souhait va se concrétiser, il y aurait certainement une pénurie de viande dans certaines villes du pays. Visiblement, les «Zanak’Androy» mettent la pression pour obtenir gain de cause.

Dominique R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Le problème est que nous vivons dans une république “bananière” ou un Etat barbare. En effet, il n’est pas concevable dans un monde moderne que des militaires de l’armée fassent des missions de police judiciaire (arrestations, perquisitions …), Pire même, ils se substituent aux magistrats de parquet et de siège en décidant des condamnations à mort. Et les tenants du pouvoir dont particulièrement le Premier ministre apprécient ces agissements des militaires de l’armée dont la plupart sont en encore en situation d’exécution de service national (soldats vatatay). Tant que les tenants du pouvoir n’osent pas rappeler à l’ordre les militaires, il n’y a rien à faire et nous sommes la risée des ressortissants des autres pays. Est-ce que vous savez que la finalité de la RSS (Réforme du Secteur ou système de sécurité) depuis 1990 dans les autres pays est la réduction de l’effectif de l’armée et la reconversion des militaires de carrière dans la gendarmerie, la police, les douanes, agents des eaux et forêts …). Ce n’est pas vrai que c’est Madagascar qui est le premier pays à appliquer la RSS en Afrique comme a dit le président Hery Rajaonarimapianina, pour ne citer que la Guinée, le Rwanda …. Les chefs militaires s’accrochent à s’immiscer l’exécution des missions de police judiciaire parce que ça leur rapporte beaucoup d’argent produits d’extorsions de fonds et les grands éleveurs de bovidés dont la plupart sont des natifs de la province de Tuléar vont toujours en être victimes. Où est le ministre Maharanty Jean De Dieu qui se dit être le président de l’association des natifs de Tuléar ? Il est rassasié et dort sur les richesses qu’il a accaparées depuis son retour au pays durant la Transition jusqu’à ce jour

  2. Bien, très bien, de dénoncer les arrestations arbitraires et les exécutions sommaires. Mais il faut aussi que la population admette qu’il y a des arrestations non arbitraires et qu’elle réclame une justice normale mais intransigeante avec les dahalos. Les fautes des uns n’excusent pas celles des autres.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.