Affaire kidnapping : Le co-auteur Lejo, un détenu déjà condamné à 15 ans ferme

TamataveAprès son arrestation, avant-hier, la face cachée de Lejo dit Massaro se dévoile petit à petit. Notre source bien informée a confirmé qu’il est un détenu auprès de la prison d’Ambalatavoahangy. Lejo a été condamné par la cour criminelle à 15 ans d’emprisonnement ferme pour une attaque à main armée contre une société minière, le 27 avril 2011. Sur cet acte, le préjudice s’élevait à 500 millions d’Ariary. Deux ans et trois mois après, soit le 11 juin 2013, on l’a fait sortir de la prison pour la même raison, celle de travaux effectués en tant que « main-d’œuvre pénale ». Lejo a montré un comportement irréprochable pendant les deux ans où il a travaillé en tant que coursier et chauffeur du tribunal de Toamasina. Personne ne savait que derrière cette apparence de personne « niova fo », il se préparait à faire un coup double. Le premier est le kidnapping d’Arnaud Ramialison ainsi que de sa cousine Annie, et le second sa propre fuite une fois le pactole de la rançon empoché. Disparu depuis la date du kidnapping des deux adolescents, soit le 23 novembre 2015, son évasion n’a été déclarée que le 19 décembre de la même année. L’enquête semble avancer à pas de géant pour la brigade criminelle. Actuellement, les auteurs et co-auteurs de cet enlèvement, séquestration et meurtre sont pour la plupart entre les mains de la police. Avec les enquêtes déjà entamées par leurs collègues de Toamasina, un dossier en bêton a été constitué, la police d’Anosy a maintenant toutes les ressources nécessaires pour identifier le cerveau du crime. Les lotissements des munitions saisies à Andranomadio-Toamasina, la semaine dernière, sont aussi connus. Ce qui ne pourrait que faciliter davantage la traçabilité des armes afin de connaître le camp de leur provenance. L’opinion publique qui suit de très près l’affaire a hâte de connaître le vrai commanditaire du kidnapping. Beaucoup de zones d’ombre planent cependant sur l’affaire avec le dessaisissement de la juridiction de Toamasina dans le traitement du dossier ainsi que la présence de la conseillère présidentielle à Toamasina et des forces de sécurité d’Iavoloha, durant le transfert des présumés (co)auteurs du kidnapping. Toujours à suivre…

D.R

 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Comment peut-on faire sortir un condamné pour attaque à main armée afin d’effectuer une  » main-d’œuvre pénale  » ? Le ministère de la justice n’a qu’à recruter un coursier et chauffeur pour le tribunal de Toamasina.
    Pourquoi l’évasion du détenu n’a pas été signalée que 26 jours après sa disparition coïncidant avec la date du kidnapping ?
    Le même quotidien relate que les armes et les munitions utilisés lors de cet enlèvement pourraient provenir de la sécurité d’un palais institutionnel de la capitale. Est-ce la raison de ce dessaisissement illégale et précipitée ?
    Enfin, bon nombre d’observateurs ont remarqué que les kidnappings et trafics en tout genre prennent de l’ampleur avant chaque election.
    Que cette affaire ne soit pas classée sans suite

  2. Avy aiza ny fitaovam-piadiana ? Iza no nanome,nampihindrana,nampanofa ? Toby avy aiza no nivoahany ?

  3. « Trop d’informations délivrées à la « PRESSE » nuisent à l’avancement de l’enquête sur cette « AFFAIRE ».
    – » LAISSER AUX MAGISTRATS et POLICIERS DE TAMATAVE DE MENER L’ENQUÊTE JUSQU’AU BOUT,c’est idéal et « NON-INGERENCE ».
    Le mal est fait,c’est normal que le doute subsiste sur cette « AFFAIRE ».

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  4. Que la lumière sur les dessous de cette affaire soit éclatée au grand jour, quels que soient les commanditaires derrière cet acte de BARBARIE. Un châtiment EXEMPLAIRE, svp!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.