Groupe Tiko : Restitution partielle des biens dérobés

Marc Ravalomanana en train d’inspecter ses biens, dérobés lors du lundi noir.
Marc Ravalomanana en train d’inspecter ses biens, dérobés lors du lundi noir.

Bon nombre de véhicules ont été repeints et transformés, d’autres portent de nouvelles immatriculations, mais n’empêche que deux tiers de ces véhicules ont été localisés. Ce qui a valu des investigations de la part du groupe Tiko.

Le questeur n°3 à l’Assemblée nationale, Guy Rivo Randrianarisoa, s’est fait le porte-parole du fondateur de l’empire Tiko, lors d’un point de presse qu’il a tenu, hier, au Magro Tanjombato. « Suite à la déclaration de Marc Ravalomanana, rendez au groupe Tiko ses biens même s’ils sont abîmés », a-t-il rapporté. Et d’ajouter que « s’il le fallait, l’usine est prête à aller prendre ses biens là où ils sont». Il a d’ailleurs tenu à préciser que Tiko possède environ 400 camions. La raison de cette rencontre est notamment de montrer que les biens de Tiko commencent à être restitués. Des véhicules qui sont en très mauvais état. L’on assiste ainsi à une restitution partielle des biens dérobés au groupe Tiko, même si cela ne vaut pas le coup. Il estime, en outre, qu’il faudrait aussi penser à ceux qui ont été victimes du pillage du 26 janvier 2009. Concernant les terrains appartenant au groupe Tiko et qui font l’objet de litige foncier, le questeur n°3 pense qu’un dialogue devrait être instauré. Il a notamment cité le cas d’Andohatapenaka.

Voitures blindées. Faut-il rappeler que selon des proches collaborateurs de l’ancien président, une centaine de camions frigorifiques, de semi-remorques et tracteurs ont été volés, lors de ce lundi noir. A cela s’ajoutent des voitures légères, notamment des voitures blindées. Et qui ont disparu dans la nature. Certains de ces véhicules ont été repeints et transformés, d’autres portent de nouvelles immatriculations, mais n’empêche que deux tiers de ces véhicules ont été localisés. Ce qui explique que des investigations ont été menées notamment par le Groupe Tiko. Par ailleurs, toujours d’après le questeur n°3, le fondateur de cette industrie agro-alimentaire n’entend pas porter plainte, il voudrait tout simplement que l’on lui restitue ses biens. Mais l’on se demande si son appel sera entendu, sept ans après cet évènement ?

Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

6 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. tsisy mamely na le DJ , na i Hery e !

  2. Rehefa tsy mahita ho lazaina ry ramose dia aza manaratsy olona an! porofoy ary asehoy amin’ny vahoaka raha misy ny zavatra iampanganao olona f’aza dia feno fialonanana tsy mankaiza firy!

  3. tsy ampafiriny volam-bahoaka nahodikodin’i dada zany e!

  4. Mampahonena anie ny mahita ireo namana ,rahalahy sy ranabavy tsy mahita harapaka intsony.
    Olona vonona hiasa avokoa izy ireo kanefa ny asa kely teo an-tanana dia nofafàn’ny mpanao politika gaigilahy.
    Ny ankamoroan’ny olona dia lasa mametsifetsy,mangalatra,mamitaka.Ny marary moa dia mampamangy fa tsy misy miahy intsony.Vao mba te haneho ny heviny ny olona dia bomba mandatsa-dranomaso sy vely kobay no miandry…Inona no atao ? Ny kibo tsy mba lamosina,tsy maintsy homana.
    Ny tena mahalasa am-borona anefa dia ny mahita ireo mpanao politika mideradera sy mizahozaho amin’ny fiara tsy mataho-dàlana,mitondra ankizy vavy mbola tsy ampy taona .
    Marobe koa ireo kàrana sy sinoa ary vazaha mampidera ny fananany vola ka mampitsiriritra ny gasykely….Lasa ny sainy ka dia manao ny tsy tokony ho atao.
    Be loatra ny hadalàna ataon’ireo mpitondra sasantsasany ka mampahory tanteraka ny mponina.
    Tokony ho asiana fanarahan-dalàna amin’izay ny fiainana eto Mcar fa tsy ho toy izao intsony.

  5. · Edit

    iroe gasy mpangalatra ireo dia foza orana daholo ary naman’ny mpitondra @ izao fotana izao. I andry rajoeliba sy ny manodidna azy no tompon’andraikitra voalohany @ ireny halatra ireny. ary izany no nampianariny ny Malagasy. Mangalatra sy mandroba.

  6. volany io daholo no nanaovana Manarampenitra

Poster un commentaire