Union Européenne : « Corruption et mauvaise gouvernance, premiers soucis à Madagascar »

La célébration de la semaine de l’Europe a commencé hier.
La célébration de la semaine de l’Europe a commencé hier.

Des améliorations peuvent être faites pour la relation bilatérale Union Européenne – Madagascar et pour le développement de la Grande Ile, selon l’Ambassadeur, Antonio Sanchez-Benedito.

« Quel partenariat entre Madagascar et l’Union Européenne face aux enjeux actuels ». C’est le thème de la conférence organisée hier au Café de la Gare Soarano, dans le cadre de la célébration de la semaine de l’Europe. L’objectif est de profiter des atouts géopolitiques de Madagascar pour développer le pays et pour améliorer les relations entre Madagascar et l’Europe, d’après les représentants du CEDS (Centre d’études diplomatiques et stratégiques), qui ont également animé la conférence. Pour l’ambassadeur de l’Union Européenne, Antonio Sanchez-Benedito, cette rencontre a permis d’alimenter les débats antérieurs et d’identifier l’équilibre de partenariat entre les deux pays. « Madagascar et l’Europe sont très différents, mais on peut définir des complémentarités pour améliorer le partenariat bilatéral. L’Union Européenne a 500 millions d’habitants avec un produit intérieur brut (PIB) par tête de 35.000 Euros par an et une population rurale de 10%. Elle représente 18% de l’économie mondiale et figure parmi les grands acteurs de la mondialisation. Madagascar de son côté a un PIB par habitant 100 fois inférieur à celui de l’Europe. Sa population rurale représente 80% de l’ensemble et malheureusement,  ce pays n’est pas un acteur de la mondialisation mais plutôt un pays globalisé. Si les premières préoccupations de l’Europe concernent l’immigration, le terrorisme et le changement climatique, les soucis à Madagascar sont relatifs à la corruption et à la mauvaise gouvernance. C’est par rapport à cela qu’il faut définir la complémentarité », a annoncé l’ambassadeur, dans son discours.

Agenda. En effet, des opportunités se présentent, face au contexte actuel. Pour l’Union Européenne, les actions à mener doivent se concentrer sur la pauvreté à Madagascar, qui touche 9 sur 10 Malgaches et la malnutrition qui touche un sur deux enfants malgaches. Les changements climatiques qui représentent un grand questionnement au niveau mondial figurent également parmi les appuis prévus de l’Union Européenne, pour Madagascar. A noter qu’à part la coopération bilatérale, l’Union Européenne met également en œuvre des stratégies sur des ensembles de pays, à l’exemple de l’ACP, où Madagascar est membre, afin de contribuer au développement économique et social, en Afrique. Par ailleurs, l’ambassadeur Antonio Sanchez-Benedito a également évoqué son constat sur l’attente du secteur privé à Madagascar. « L’indépendance de la justice, les questions relatives à la fiscalité et les mauvaises pratiques sont les points qui intéressent le plus le secteur privé. Les dirigeants doivent voir de près ces cas. Ils doivent créer une commission pour le partenariat afin de multiplier les partenaires. En effet, il faut des partenariats inclusifs », a-t-il indiqué. Bref, malgré la multiplicité des partenaires potentiels pour le développement du pays, beaucoup reste encore à faire du côté malgache.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Les Fédérations syndicales, la société civile, la conférence des évêques de Madagascar, nos PTF, … dénoncent avec véhémence les mauvaises gouvernances et les malversations de la haute sphère de l’Etat. Seuls ceux qui portent de cravate bleue et leurs sympathisants qui voient que le « CIEL EST BLEU » à Madagascar. Quelle HONTE?

  2. même refrain pour l’UE, elle a parfaitement raison parce que c’est la réalité de notre pays. Pourquoi ne pas nous punir?

  3. Les vrais problèmes à Madagascar sont vraiment la corruption (comprennent les pots de vin, les salaires exorbitants des dirigeants, les détournements ou utilisation illicites des biens de l’état ), les mauvaises gestions (du personnel, des matériels et des équipements) Tout ça gangrène les finances publiques

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.