Franck Legrand de « Le Rossini » : Perquisition hier dans son domicile à Ambatomaro


Franck Legrand n’était pas présent à son domicile lors de la perquisition d’hier.
Franck Legrand n’était pas présent à son domicile lors de la perquisition d’hier.

D’après Maître Philippe Rakotondramboa, « les fouilles se sont déroulées normalement et les droits de la défense ont été respectés ».

Les officiers de Police judiciaire au niveau de la Gendarmerie et de la Police nationale ont effectué hier une troisième perquisition dans le cadre de l’affaire Lylison René de Rolland. En effet, après le domicile de l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale (FIS) et non moins Sénateur élu pour le compte du MAPAR dans la Province de Mahajanga et la résidence du Président Directeur Général du Groupe Sodiat, Mamy Ravatomanga à Amboaroy Ambohibao Antehiroka, ce fut au tour d’un autre opérateur économique de recevoir hier la visite des forces de l’ordre. Il s’agit de Franck Legrand, le propriétaire du Restaurant « Le Rossini » sis à Isoraka. Cette personnalité de nationalité française est soupçonnée d’être de mèche avec le Sénateur Lylison René de Rolland et le numéro Un du Groupe Sodiat. C’est certainement la raison pour laquelle, outre les éléments de l’Emmonat et les officiers de Police judiciaire de la Gendarmerie nationale, une forte équipe de la Brigade criminelle armés et cagoulés ont également participé à la perquisition.

Infructueuse. Comme ce fut le cas lors de deux précédentes perquisitions, l’opération effectuée hier à Antsobolo Ambatomaro a encore été infructueuse. Les forces de l’ordre n’ont rien trouvé après presque cinq heures de fouilles minutieuses (de 5h à 10h). Même la maison des gardes a été passée au peigne fin. D’après les explications de l’avocat de Franck Legrand, « la perquisition s’est déroulée normalement et aucun incident n’a été relevé. Par ailleurs, les droits de la défense ont été respectés ». En effet, à leur arrivée sur le lieu, les forces de l’ordre ont présenté un mandat de perquisition en bonne et due forme émanant du Procureur de la République. Selon toujours Maître Philippe Rakotondramboa, « les enquêteurs n’ont rien trouvé de compromettant ». Il convient de noter que l’opérateur Franck Legrand n’était pas présent à son domicile lors de cette perquisition. En revanche, son épouse a assisté à l’opération avec son avocat. Pour l’heure, les motifs exacts de cette série de perquisitions n’ont pas encore été révélés. Nul n’ignore toutefois que cette démarche fait suite à l’appel à une opération ville morte lancée par le Sénateur Lylison René de Rolland. Un appel considéré par les tenants du régime comme « une manœuvre de déstabilisation ». D’après les informations, les trois personnalités qui ont fait l’objet d’une perquisition sont toutes frappées d’une interdiction de sortie du territoire. Histoire à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. inona mahaga anao amizany samy manana ny ataony ny olona fa angaha tsy maintsy ho tratranao ao. na nisy nampandre tant mieux. Misy izany ny olona momba azy ao.

  2. Ny mahagaga dia tsy ao foana ilay olona rehefa atao ny perquisition… ? efa nisy nampandre ve??

  3. Oui inventer un autre motif plus convaincant que plutôt des actes d’intimidation. les tenants de ce pouvoir n’ont ils pas honte de ses agissements? Objet de réflexion!

  4. Et UN, et DEUX, et TROIS… CHOUX BLANCS sur le compte des tenants du pouvoir qui semblent ètre aux abois.!!! Il faut inventer un autre motif que  » ces manoeuvres de déstabilisations »

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.