Manifestation des journalistes : Les camps consignés, forte mobilisation des Forces de l’ordre

Les Forces de l’ordre ont bloqué tous les accès à Soarano. (Photo : Yvon Ram)
Les Forces de l’ordre ont bloqué tous les accès à Soarano. (Photo : Yvon Ram)

Des éléments de l’Emmoreg dirigés notamment par le Commandant de la CIRGN Analamanga, le Général Florens Rakotomahanina ont dispersé la foule par des jets de grenades lacrymogènes.

De quoi le régime a-t-il réellement peur ? C’est la question que se posent les observateurs par rapport à ce qui s’est passé hier lors de la manifestation organisée par les journalistes dans le cadre de la contestation de l’adoption du Code de la Communication médiatisée. Le « diabe » prévu se dérouler depuis Ankorondrano jusqu’à la stèle de l’Ordre des Journalistes de Madagascar à Soarano n’a pas pu avoir lieu. Pour cause, le régime a opté pour le recours à la « Force ». Une forte mobilisation des Forces de l’ordre a été constatée. Par ailleurs, tous les camps militaires étaient consignés. De nombreux gendarmes, militaires et policiers étaient en patrouille dans plusieurs quartiers de la Ville des Mille. Tôt le matin, Ankorondrano et les quartiers environnants, ainsi que le Centre ville ont été quadrillés par des éléments lourdement armés et prêts à intervenir à tout moment. Trois barrages ont été érigés depuis le rond point devant le Magro Ankorondrano jusqu’au Gymnase couvert où les journalistes, les membres de la Société civile et de simples citoyens se sont donné rendez-vous. Certains étaient armés de kalachnikov, d’autres de lance-grenades. Dans les rangs, l’on a pu apercevoir des éléments d’élites armés et cagoulés. D’après les informations, leur mission était de procéder à l’arrestation des meneurs de la manifestation des journalistes au cas où ces derniers tenteraient de forcer les barrages. La manif ayant été déclarée « non autorisée » par les autorités, la Préfecture de Police d’Antananarivo a décidé de réquisitionner les Forces de l’ordre. Face à cette « intimidation » et pour éviter les casses, les leaders du mouvement pour la liberté d’expression ont pris la décision de jouer la carte de la sagesse. La grande marche a donc été annulée. Et ce, malgré la grande ferveur de nombreux citoyens qui étaient prêts à se sacrifier pour la liberté d’expression. Les pourparlers effectués auprès des responsables des Forces de l’ordre présents sur place ont échoué.

Mouvements de panique. En tout cas, face à cette mesure démesurée prise par la Hiérarchie militaire, les journalistes n’ont pas pu se rendre à Soarano pour une manifestation symbolisant l’enterrement de la liberté d’expression. Et ce, contrairement à nos confrères de Mahajanga qui ont réussi à organiser un enterrement marin après une marche silencieuse qui a débuté devant le Grand Baobab. Pourtant, en termes de nombre de participants, la manif était une réussite totale. En effet, mise à part la foule qui s’est amassée devant le Gymnase d’Ankorondrano, plusieurs centaines de personnes ont également attendu notamment à Soarano devant le marché de Pochard, à Antanimena et devant l’Eglise « Jesosy Mamonjy ». Vers 13h30, les Forces de l’ordre, dirigées notamment par le Commandant de la Circonscription Interrégionale de la Gendarmerie Analamanga, le Général Florens Rakotomahanina, ont décidé d’intervenir pour disperser tous les attroupements constatés à Soarano et devant le marché de « Petite vitesse ». Des grenades lacrymogènes ont été lancées contre la foule. Les militaires ont pourchassé les manifestants jusqu’au Magro Behoririka. La scène a provoqué des mouvements de panique notamment au niveau des marchands ambulants qui n’ont pas pu assumer leurs activités quotidiennes. Par ailleurs, tous les magasins se trouvant à Analakely et ses alentours ont fermé leurs portes par crainte de pillages. Vers 14 heures, les Forces de l’ordre dirigées par le numéro Un de la CIRGN Analamanga ont quadrillé la stèle de l’Ordre des journalistes à Soarano. Toutes les routes de l’Avenue de l’indépendance ont également été bloquées. Seuls quelques journalistes ont réussi à accéder à la stèle de l’OJM. Dans un communiqué, les leaders du mouvement pour la liberté d’expression ont fait savoir que la manifestation va se poursuivre. Quoi qu’il en soit, même si les Forces de sécurité ont réussi à bloquer la marche silencieuse, l’on sait désormais que des milliers de Malgaches sont derrière le mouvement des journalistes. Histoire à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

12 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Ny manarapenitra ve ??? Lazao aminay oe avy taiza ny vola ary e!!!! Jiramaty sy air malade kosa alo dia nataon’i lapinou toy ny omby vavy bé ronono e! aiza moa no Tsy nirorona be toizao,Tsy lazaina intsony ny firongatry ny asanjiolahy nanomboka t@ 2009 ( fanaovana ampihimamba ny hare- pirenena ). Mampalahelo ny mijery ny fitanisanao ny affaire t@ andron-dra la pont . Raha ny mijery ny firenena mandroso , ohatra la frantsa , firy firy ny château malaza be manao divay any no novidian’ny sinoa , ny aéroports , raha tsy hilaza afatsy i Nice izay isan’ny lehibe sy rentable, ary izay hampandroso ny firenena no hatao , ny soa fianatra ry Hanta Kely a, ny firenena mandroso aza manao izany , Moa isika koa ve tsy tokony hitady izay fiaraha- miasa @ izay tompon’ny vola ?, Asaivo ahongan’i lapinou i Fracois Hollande fa mivarotra tanindrazana , @ izay Mba ho filohan’ny HAT any frantsa i lapinou,mandrapahatonga ny fifidianana manaraka, izy rahateo mitondra ny zopirenena frantsay . Ny @ resaka dictateur indray , nisy nahavita ny vitan’i risara baomba sy io iraika Lahy io ve hatrizao ? , izay mihetsika dia voazera baomba , izao indray ny presse manontolo no tapenambava . Mankaleo bé ilay mitanisa fa izao e ahirato ny maso dia manaova fitsarana tsy miangatra , aza manao fankahalana be fahatany fotsiny. Ny ahy tsy fankahalana an’i ratsoitsy na i ra- force, na heverinao fa manaraka anjambany an’i ilay tsy dadako , fampitahana no nasaiko , ka izany no nahatonga ahy niteny oe: raha ny safidiko dia aleo lavitra ny asan’ ilay halanao toizay ny asan’ireo ankasitrahanao . ary aza misafoaka be toizao rehefa miady hevitra fa sao tapaka lalandra , fa na i lapinou na lejao tsy handatsaka goute- na ranomaso iray aminao , na dia mpananao ranomasona crocodile aza ilay iray zandriny.

  2. Tsy manohana any AR koa zahay au contraire izahay no anisany nifidy an Dada. FA inona ny vitany? Dictateur pire nohon’i Deba. Jet .Daewo, port tamatave, tanimbary ambatondrazaka, bodongerona ny taniny tantsaha. AR – tsy nahazo fanampiana nefa jereo ny kely vitany, ra nisy ratsy nataony porofoy de gadrao izy e. Zay tsy contre an’izany mihintsy. Fa rehefa tsy mahavita an’izany de aza be resaka eto fa Dada aloha voadaka de avelao any 2018 indray mifankahita.

  3. mba menatra ry hanta mba tonga saina ihany fa tsy dia entina i rat hell any @ fahaverezana mandrakizay

  4. ai ve ka ra8 no nahatonga izao rehetra izao e !!! izaho nihevitra fa ny foza no tomponantoka an’ izao zava misy izao . efa 7 taona mahery izao ianareo foza no nitondra teo , inona no vita ????? kely toko ny masona crabe ka tsy dia mahita loatra . tsy manohana an-dra 8 aho fa tena aleoko lavitra t@ andron-dra « la pont » mpitery ronono toy izao fanjakam-poza izao.

  5. Vous avez Entièrement raison!!!… Le vrai problème, c’est que MADAGASIKARA N’A JAMAIS EU DE JOURNALISTES DIGNES DE L’ÊTRE!!!… Avant, CE N’ÉTAIT QUE DES GRATTES PAPIERS VOULANT SE LA JOUER …. »VEDETTES » ET…GLOBE TROTTER!!!… Actuellement, DES ..GRATTES PAPIERS AVIDES DE….FRICS (« felaka » = BACKSHISH) ET.. OBÉISSANT A LA VOIX DE SON .. »Maître »!!!…En effet, sous couvert du respect de la ligne éditoriale, les journalistes suivent aveuglement les désidératas du patron propriétaire de presse!!!…Et pour cela, ils font taire leur conscience!!!… C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE MADAGASIKARA N’A PAS DE PRESSE LIBRE!!!!…Pire, la presse Malagasy n’est que de vulgaire instrument de …propagande!!! …CELA, TANTÔT DIRECT, TANTÔT INDIRECT!!! …Et C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE LES « POLITI-CHIENS » FORMENT également LA PART IMPORTANTE DU PATRONAT DE PRESSE!!!… Bref, parler de la liberté de presse, C’est en fait parler de la façon de faire plus de….. loups (Les patrons de presse)

  6. Tsy hita mihintsy izay hatao an’ireto TIM fanatic reto… mampalahelo

  7. zay ndray le zanak’i Dada tsy mahita vay an-kandrina…put up or shut up…. R8 no nahatonga an’izao rehetra izao… mila halefa any Tsiafahy iny

  8. Nos journalistes ne sont que des  » Mpampiady angely  » comme on dit en malgache. Comme ça les commentateurs du journal les uns crient de événements 2009, d’autres des politi-chiens et le reste parle de dictateurs ou de terrain d’entente

  9. Quand on sait qui sont les grandes gueules de 2009 qui dirigent ces journalistes, on se rend compte des dessous malfaisants.

  10. revendiquer, faire une marche, organiser une manifestation….c’est faisable!!!….Mais attention aux « POLITI-CHIENS » qui disent soutenir la cause!!!…..Ces KLEBS sont attirés par …. »l’os » !!! Pour cela, ils sont sont si prompts de….. »SNIFFER » dès qu’il s’agit d’une …. »PISTE »!!

  11. T’es sérieux? T’as déjà vu un dictateur entamer ou accepter une dialogue?

  12. Trouver de terrain d’entente!!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.