Manifestation à Analakely : Guerre des nerfs entre AFP et Emmoreg

Une perquisition a été effectuée hier au domicile de Faniry Razafimanantany à Anjanahary. (Photo : Kelly)
Une perquisition a été effectuée hier au domicile de Faniry Razafimanantany à Anjanahary. (Photo : Kelly)

Contrairement à ce qu’il a annoncé la veille, Faniry Razafimanantany ne s’est pas pointé sur la place du 13 mai.

Faniry Razafimanantany a fait faux bond. Contrairement à ce qu’il a annoncé la veille, le leader du mouvement « Antso ho Fanavotam-Pirenena » ne s’est pas pointé à Analakely hier. La manifestation prévue se tenir sur la place du 13 mai n’a pas eu lieu. Dès la soirée de jeudi, ladite place a été quadrillée par les forces de l’ordre. Plusieurs centaines d’éléments de l’Emmoreg ont été mobilisés pour empêcher la tenue de cette manifestation sans autorisation. Les hommes en treillis étaient cent fois plus nombreux que les quelques manifestants ayant répondu à l’appel de l’AFP. En tout cas, la journée d’hier se résume par une guerre des nerfs qui s’est installée entre l’Emmoreg et les manifestants. Analakely et ses environs étaient calmes jusqu’à 12h30 où quelques leaders du mouvement de l’AFP dont Vahombey, ont fait leur apparition à Andohan’Analakely. Malgré la forte présence militaire, ils ont quand même réussi à se rassembler devant l’hôtel « Le Glacier ». Certains ont exposé des banderoles dénonçant le diktat du régime. D’autres munis d’un mégaphone. Pour sa part, l’Emmoreg dirigé par le Colonel Ravoavy Zafisambatra a laissé de côté le recours à la force. Une grande première depuis le début des différents mouvements de contestation contre le régime Rajaonarimampianina. Les manifestants ont toujours été dispersés à coups de gaz lacrymogènes. Hier, aucune grenade lacrymogène n’a été utilisée. Aucune arrestation non plus. Les forces de l’ordre ont dispersé la foule par des mesures dissuasives. Les manifestants pour leur part, ont choisi de vider les lieux trente minutes après leur arrivée.

Perquisition. Au cours d’une interview, le porte-parole du mouvement « Antso ho Fanavotam-Pirenena », Faniry Razafimanantany a déclaré que face à la présence massive des forces de répression, il a décidé de ne pas se montrer à Analakely. Pour rassurer ses partisans, l’ancien membre du Congrès de la Transition a évoqué un « repli stratégique en vue de mieux coordonner la suite du mouvement ». En effet, les partisans du « Antso ho Fanavotam-Pirenena » prévoient de revenir sur la place du 13 mai ce jour avec une bonne organisation et de nouvelles stratégies. Reste à savoir si l’Emmoreg ne va pas encore recourir à la force. Il convient de noter également qu’à cause de cette manifestation, tous les commerçants sur l’Avenue de l’indépendance ont fermé leurs portes. Dans la matinée, vers 7h15, plusieurs éléments des forces de l’ordre ont effectué une descente à Anjanahary pour perquisitionner le domicile du porte-parole de l’AFP, Faniry Razafimanantany. Au cours d’une conférence de presse, le Commandant de la CIRGN Analamanga, le Général Florens Rakotomahanina a déclaré que des renseignements relatifs à une possibilité de détention illégale d’armes à feu ont incité les forces de l’ordre à procéder à cette perquisition. De faux renseignements donc puisque les fouilles ont été infructueuses. Aucun matériel n’a également été saisi. Avec un nouveau projet de descente dans la rue, la tension risque encore de monter d’un cran ce jour du côté d’Analakely.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Sous prétexte de « repli stratégique… » Pour moi, c’est un geste de Lacheté..!
    Ainsi ceux qui seraient en tète de cortège « prendraient des coups » à sa place.!

  2. miala io Rajao io na ho ela na ho haingana…Ndao ndao ndao

    Masina ny tanindrazana.

  3. · Edit

    D’abord, ‘l’EMMOREG s’est planté , et ça coûte déjà de l’arge,t car ses éléments sont payés plus quand il y a une mission de ce genre. Il n’a pas fait usage de force tout simplement car les émissaires de la SADC sont dans nos murs, à part ça Line faut rêver.
    Pu ii, les manifestants, on ne peut reprocher de rien du tout car l’accès à la place est empêcher . Et Pour la même raison, on ne pas dire que les gens n’ont pas répondu du à »appel. En revanche, si quelqu’un veut vraiment faire quelque chose, il n’a qu’à organiser de façon discrète dès préparation, de façon à descendre dans la rue dans des endroits différents, en même temps, . Ainsi, le nombre de gens qui etaient venu hier sur l place deu13 mai est llargement suffisant.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.