Crainte d’attentats terroristes : Importation de matériels de neutralisation d’engins explosifs

Les matériels de neutralisation comprennent-ils un robot ?
Les matériels de neutralisation comprennent-ils un robot ?

Parmi les communications verbales effectuées hier en conseil des ministres, figure celle relative à la « demande d’exonération totale et exceptionnelle des droits et taxes afférents à l’importation de matériels de neutralisation d’engins explosifs pour raisons d’utilité publique ».

En fait, il s’agit moins de raisons d’utilité publique que de sécurité se rapportant probablement aux deux sommets (COMESA et Francophonie) qui seront abrités par Madagascar. Les détails relatifs à ces matériels de neutralisation sont certainement classés confidentiels, même si l’on voudrait connaître, sinon le type, du moins le pays d’origine. Mais aussi et surtout la procédure d’acquisition : appel d’offres ou marché de gré à gré, sauf s’il s’agit de don. De toute façon, il est à peu-près sûr qu’il s’agit d’équipements de recherche, de détection, de localisation et d’identification, entre autres, d’Engins Explosifs Improvisés (EEI) le plus souvent enfouis dans le sol et commandés à distance par une liaison filaire.

Formation. Les attentats terroristes perpétrés à travers le monde, ont montré que les EEI sont généralement de fabrication artisanale et dont les composants et/ou les mécanismes sont facilement disponibles commercialement. Les démineurs doivent avoir une expérience solide pour pouvoir détecter, localiser, identifier et neutraliser ces engins explosifs. Force est alors de se demander si les matériels importés par le ministère de la Défense nationale seront accompagnés de séances de formation et de démonstration par des experts étrangers, surtout pour le cas de robots qui requièrent une maîtrise technologique.

Attentat du 26 juin. En effet, le terrorisme est un phénomène plus ou moins inconnu dans la Grande Ile, en dépit de l’attentat du 26 juin dernier au stade de Mahamasina qui n’a pas été d’ailleurs élucidé jusqu’à présent par les responsables. En tout cas, les résultats de l’enquête pour peu qu’elle ait été bouclée, n’ont pas fait l’objet de communication. Contrairement à l’importation de matériels de neutralisation qui serviraient à  sécuriser, non seulement les lieux prévus pour les deux sommets, mais aussi les sites d’hébergement ainsi que les itinéraires des délégations étrangères, en particulier, les chefs d’Etat et/ou de gouvernement attendus pour l’occasion à Madagascar.

Principe de précaution. Au lendemain des deux sommets, les matériels pourraient être affectés à la sécurité des dirigeants, principalement à celle du président de la République qui se trouve dans la ligne de mire de ses adversaires, quoiqu’il ne soit pas certain que ces derniers aient recours à la solution extrême pour parvenir à leurs fins. Ce qui n’empêchera sans doute pas les responsables de sa sécurité d’adopter le principe de précaution. « Raha malina mifehy hazo tokana », selon un dicton bien malgache, même si un autre ajoute : « Ny hery tsy mahaleo ny fanahy ». Sans allusion aucune au président dont le second prénom a un air …Martial. A l’image du ministère de la Défense nationale qui a fait la communication relative à l’importation de matériels de neutralisation d’engins explosifs pour prévenir des attentats terroristes ou …politiques.

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.