Inégalité des chances en 2018 : Pré-campagne aux frais de l’Etat pour Hery, candidature incertaine pour Ravalo et Andry


Les déplacements du président Hery Rajaonarimampianina sont toujours financés par l’argent des contribuables.

La prochaine élection présidentielle semble être biaisée à l’avance à cause d’une pré-campagne intensifiée menée avec les moyens de l’Etat par l’actuel président de la République.

La communauté internationale aspire à une présidentielle inclusive, mais elle n’a jamais pensé à l’égalité des chances des candidats à cette élection. Ce qui se passe ces derniers jours montrent que non seulement, l’actuel président de la République se lance dans une pré-campagne, mais aussi cette pré-campagne est financée par l’argent des contribuables. C’est le cas du récent déplacement de Hery Rajaonarimampianina dans la partie Sud-Est du pays où le parti au pouvoir a mobilisé tout le monde dont des « Ampanjaka »  pour afficher leur soutien à la candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha. A Farafangana, le président de la République a fait des dons soi-disant au nom de l’Etat (car les motos et les véhicules offerts ont été acquis avec l’argent de l’Etat), mais force est de constater sur place qu’il et le HVM ont octroyé ces dons dans l’objectif d’inculquer dans l’opinion que le président de la République mérite la confiance des électeurs en 2018.

Amnistie. Si Hery Rajaonarimampianina a une longueur d’avance certaine, la candidature de ses éventuels adversaires aux présidentielles de 2018 reste incertaine. A en croire certains barons du parti au pouvoir et certains proches du président de la République, ils feraient tout pour que Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ne puissent pas se présenter aux prochaines présidentielles. L’ambiance à l’Assemblée nationale lors de l’adoption de la Loi sur la Réconciliation nationale laissait y croire. La mauvaise intention des députés HVM a été ressentie durant les débats. Ces derniers, face aux élus du TIM et du Mapar, se sont battus pour que la nouvelle loi entretienne des ambigüités sur les conditions du bénéfice de l’amnistie. Les élus pro-Rajaonarimampianina ont jubilé à Tsimbazaza  après leur « victoire ». Pour eux, c’est simple : il serait difficile, pour ne pas dire impossible, pour Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina de bénéficier de l’amnistie. Mais une question à laquelle les députés pro-régime n’auraient jamais pensé, se pose : le président national du TIM et le chef de file du Mapar auront-ils besoin de l’amnistie pour pouvoir se présenter en 2018 ?

Nouvelle crise politique. Bon nombre d’observateurs s’interrogent sur le silence de la CENI devant une pré-campagne menée avec l’argent des contribuables. Aucune loi ne régit la pré-campagne à Madagascar, certes, mais la Commission Electorale Nationale Indépendante a le droit d’interpeller face aux actes portant atteinte à la crédibilité d’une élection. En tout cas, on s’achemine vers la logique d’une nouvelle crise politique, qui peut être pré-électorale ou post-électorale.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. 1) Le résultat de l’élection est toujours contesté et contestable Du fait qu’on ne connaît le résultat définitif que plusieurs mois après.

    2) La réconciliation n’a plus de sens du moment que l’un des prétendants déclare déjà qu’il va briguer la Présidentielle.
    Puisque à l’issue de la réconciliation, les belligérants devront faire une déclaration commune qu’il n’y aura plus de poursuite après l’élection quelque soit le résultat du vote. Mr Ravalomanana ne sera plus poursuivi de ses impayés s’il est battu. S’il sort vainqueur il ne va pas dire qu’il va récupérer les 750 milliards d’ariary qu’il avait déclaré avoir perdus. Le terrain d’Andoatampenaka reste propriété de l’Etat etc
    3) Il n’y aura plus d’exclusion de candidats ou tout monde déclare qu’ils ne vont pas briguer

  2. · Edit

    C’est cette guerre là qu’il faut mener et gagner. La guerre de la préparation aux éléctions. Bloquer tout les accès possibles du regimes de leur tricheries. Ils ont changer les chefs de régions, les membres de la HCC, et lceux du CENI. li ministère de l’int »rieur on en parle plus. Sans compter les tricherie au dans les provinces et campagnes, les bureaux de votes et transports de bulletin etc…..
    AU niveau international, il faut que la france soit écartée car c’est elle qui manipule hery rajao, étant leur marionnette.
    Enfin, le régime actuel demamde à ce qu’on respecte l »échéance éléctorale, mais on sait très bien qu’il s vont tricher donc, il faut soit un coup de butoir pour éjécter le régime ; avant la fin du mandat, soit une organisation neutre pour organiser les éléctions.
    Les Malgaches doivent se reveiller contre ce régime marionnette de la France…… Pourquoi la France vous dites ? on en a assez vu? Prenons par exmples les exploitations françaises à Madagasar; aucune ne souffrent ni de la crise politique ni de la crise sociale. Or quand les Chinois tentent d’exploiter quelque chose, tout de suite; ils sont contrer de façon sauvage. ce n’est qu’UN exemple. Il y en a beaucoup d’autres.

  3. inona mo no mahagaga @ izao ataon’ny mpitondra izao?
    ny olona en quete de popularité sy legitimité no mpanao an’izao !

    fantany fa tena ambany be ny fitiavan’ny olona azy.
    ny asa vitany % @ ronono an-tavy t@ propagande = ZERO

  4. Sous la pression de la communauté internationale qui financera une grande partie des besoins financiers pour l’élection à Madagascar en 2018/19, Andry RAJOELINA et Marc RAVALOMANANA pourraient se présenter, mais le HVM fera sûrement tout pour gagner. Est-ce que les Malgaches accepteront que RAJAONARIMAMPIANINA sera reconduit?????????????? Ce serait la crise post-électorale!!!!!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.