Eglise catholique : 5 archevêques pour 1 siège de cardinal

Après 11 ans de vacances du siège, la visite du Numéro Deux du Vatican serait une opportunité pour évoquer la nomination du quatrième Cardinal de Madagascar.

Le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, sera dans nos murs la nuit du 26 janvier, c’est-à-dire jeudi prochain, et ne quittera Madagascar que le matin du 1er février. Cet agenda a été confirmé hier  à l’Episcopat Antanimena par le Nonce apostolique Paolo Rocco Gualtieri, assisté à l’occasion par des membres de la Conférence Episcopale de Madagascar présidée par Mgr Désiré Tsarahazana. Officiellement, le numéro deux du Vatican aura plusieurs rendez-vous à honorer durant sa visite : visite auprès des autorités locales, réunion avec les évêques catholiques de Madagascar, messe solennelle à Mahamasina, visite au Centre « Akamasoa » à Andralanitra et conférence à Andoharanofotsy. Par contre, au cours de sa rencontre avec les évêques, on laisse entendre ces derniers jours que la nomination du quatrième Cardinal de Madagascar serait évoquée.

Depuis janvier 2010. Le poste est vacant depuis le 9 janvier 2010, date de décès du Cardinal Gaëtan Razafindratandra. Mgr Odon Arsène Razanakolona est devenu archevêque d’Antananarivo depuis décembre 2005, mais 11 ans après, il n’est pas encore nommé Cardinal par le Souverain Pontife. Y a-t-il une raison particulière qui bloque cette nomination ? D’après nos sources, le Vatican fait mener dans la discrétion totale une enquête auprès des clergés et des laïcs catholiques en vue d’identifier le futur Cardinal. Jusqu’ici, les 5 archevêques dont dispose l’église catholique sont tous pressentis au siège de cardinal de Madagascar. Il s’agit de Mgr Odon Arsène Razanakolona (Archevêque d’Antananarivo), Mgr Marc Ramaroson (Archevêque d’Antsiranana), Mgr Fulgence Rabemahafaly (Archevêque de Fianarantsoa), Mgr Désiré Tsarahazana (Archevêque de Toamasina et président de la Conférence Episcopale de Madagascar) et Mgr Fulgence Rabeony (Archevêque de Toliara).

Minimum de critères. En général, il faut être au moins évêque pour être nommé cardinal. Pour le cas de Madagascar, à part ce critère, il faut être archevêque d’Antananarivo pour pouvoir occuper le poste de cardinal. Si ce n’est donc pas le Mgr Odon Arsène Razanakolona, ce sera son successeur à la tête de l’archevêché d’Antananarivo. L’un des quatre autres archevêques de Madagascar pourrait avoir la chance de succéder à l’actuel président du FFKM. Mais l’un des évêques qui ne sont pas à la tête des archidiocèses pourrait également être nommé à l’archevêché d’Antananarivo. A ce propos, le jeune évêque de Morondava Fabien Raharilamboniaina figure parmi ceux qui seraient pressentis à l’archevêché d’Antananarivo. En tout cas, vu le développement rapide de la religion catholique en Afrique en général et à Madagascar en particulier, un siège de cardinal ne suffit plus pour la Grande île. « Madagascar doit avoir deux Cardinaux », affirme un croyant catholique pour qui la visite du secrétaire d’Etat du Vatican ne devrait avoir aucun rapport avec la nomination du quatrième Cardinal de Madagascar.

R.Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bonjour mon pere, jai une offre a faire, j aimerais demander un contact si possible. Merci

  2. L’urgence c’est d’exorciser nos politiciens, pas un nouveau cardinal.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.