Andry Rajoelina : « Rien ni personne ne m’empêchera d’être candidat »



Jacaranda

Andry Rajoelina a rassemblé à l’Arena Center Ivandry hier ses fidèles partisans.

550 fidèles compagnons de lutte de l’ancien président de la Transition ont été présents à l’Arena Center Ivandry hier.

La cérémonie de présentation de vœux du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » s’est déroulée hier à l’Arena Center Ivandry. De passage au pays, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a assisté à cet évènement qui a ressemblé à des retrouvailles avec ses fidèles partisans venant des six Provinces. D’ailleurs, d’après les informations, cette cérémonie a pu se tenir suite à de nombreuses demandes des partisans du MAPAR venant des régions. Il convient toutefois de noter que cette présentation de vœux du MAPAR a été organisée en catimini, ou enfin presque. De sources proches d’Ambodivona, 550 responsables du MAPAR venant d’Antananarivo, de Mahajanga, de Toliara, d’Antsiranana, de Fianarantsoa et de Toamasina ont reçu le carton d’invitation pour assister à cette fête. Dans son discours, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a confirmé devant ses fidèles compagnons de lutte, sa candidature pour l’élection présidentielle de 2018. « Je serai candidat et rien ni personne ne pourra m’empêcher de participer à cette échéance », a déclaré l’ancien leader de la Révolution orange de 2009. D’ailleurs, une consigne a été donnée à tous les responsables du parti venant de tous les coins de la Grande Ile, afin de commencer les préparatifs en vue de l’élection de 2018. En effet, le MAPAR prévoit de ne pas se laisser faire face au projet du régime HVM d’écarter Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. « Si c’est le cas, l’on passera à l’action », martèle-t-on dans les rangs des partisans du « TGV ». Un « 2009 bis » n’est donc pas à exclure.

« Mpamadika palitao ». Jouant la politique de la discrétion depuis un certain temps, l’ancien président de la Transition a tenu à rassurer ses partisans hier. Il sera bel et bien présent en 2018. D’ailleurs, les artistes qui ont animé cette cérémonie de présentation de vœux, en l’occurrence de Sareraka, de Jaojoby et de Rah Ckiky, n’ont pas hésité à lancer une pique à l’encontre des membres du « MAPAR II », « MAPAR III », ainsi que des autres formations politiques qui ont trahi le « Tolona ». Du côté des fidèles partisans d’Andry Rajoelina, la Présidentielle de l’année prochaine est considérée comme l’occasion pour la revanche contre les « Mpamadika palitao ». Les discours qui ont été tenus durant cette cérémonie à l’Arena Center se présentent comme une véritable mise en garde contre le régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». La candidature d’Andry Rajoelina et de Marc Ravalomanana provoquent des polémiques actuellement. En marge de la descente du président Hery Rajaonarimampianina à Alakamisy Itenina à Fianarantsoa, le président national du parti au pouvoir et non moins ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a déclaré que « la loi doit être respectée que ce soit les textes nationaux ou internationaux ». « La loi interdit aux putschistes et à ceux qui ont des charges judiciaires de se présenter aux élections », a-t-il annoncé. Une allusion certainement à Andry Rajoelina et à Marc Ravalomanana. Une manière également de répondre au Chef de Délégation de l’Union européenne, Antonio Benedito Sanchez qui a déclaré la semaine dernière qu’il faut que tous les leaders politiques du pays puissent participer à l’élection de 2018. En effet, l’Union européenne opte pour une élection libre, inclusive et démocratique.

Exclusion. En tout cas, à travers cette déclaration de Rivo Rakotovao, l’on peut constater que le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » ne fait plus confiance à sa « Force ». Ses propos confirment le projet machiavélique du parti au pouvoir d’écarter tous les candidats potentiels pour avoir plus de chance de gagner un deuxième mandat. En perte de vitesse sur toute l’étendue du territoire et avec une cote de popularité au plus bas dans les sondages, le HVM prévoit de faire une exclusion. Traitant Andry Rajoelina de putschiste, Rivo Rakotovao oublie peut-être que Hery Rajaonarimampianina qui était ministre des Finances et du Budget durant la période transitoire, a figuré parmi les 109 personnalités de la Transition qui ont été sanctionnées par l’Union africaine. L’actuel locataire d’Iavoloha s’est d’ailleurs targué d’avoir installé son bureau sur la place du 13 mai pour être plus près des partisans de la Révolution orange en 2009. Faut-il rappeler que durant la période transitoire, Rivo Rakotovao a été membre du Cabinet de Hery Rajaonarimampianina au ministère des Finances. Reste à savoir également si l’actuel ministre de l’Agriculture et de l’Elevage a peur du retour de manivelle. Nul n’ignore en effet qu’il a été membre du Cabinet de Harison Randriarimanana au ministère de l’Agriculture du temps du régime Marc Ravalomanana. En tout cas, à l’allure où vont les choses actuellement, la Présidentielle de 2018 risque de se dérouler dans un climat politique très tendu.

Davis R

Share This Post

  • Lindberghyves

    Tsy niteny anio i Andry Rajoelina fa ny vahoaka no nangataka ny filatsahany.