Guerre de leadership au sein du HVM : Forte rivalité entre Rivo Rakotovao et Paul Rabary


Jacaranda

L’éventuel « tri Ni… » accentue les rivalités au sein du parti au pouvoir.

Plus l’élection présidentielle de 2018 approche, plus les rivalités internes du parti au pouvoir s’accentuent. Ces rivalités s’aggravent encore ces derniers temps avec les déclarations faites par les tenants du pouvoir qui, en répondant à la communauté internationale sur la nécessité d’une élection inclusive en 2018, préviennent que le « putschiste » (allusion à Andry Rajoelina) et celui qui a déjà fait l’objet de condamnations judiciaires (allusion à Marc Ravalomanana), ne devraient pas être autorisés à se présenter. Et pas plus tard qu’avant-hier, le président de la République en personne, Hery Rajaonarimampianina a laissé entendre que la communauté internationale n’a pas le droit d’interférer dans les affaires internes de Madagascar qui a sa souveraineté.  Autrement dit, le HVM roule pour un nouveau « Ni…Ni… » en 2018. Mais pour que le « coup » réussisse, et pour limiter les dégâts, un troisième « Ni » sera concédé. Ce troisième « Ni… » « exclut » l’actuel président Hery Rajaonarimampianina. Et le « coup » semble marcher car hier, le parti « Marina » (voir article par ailleurs) demande au locataire d’Iavoloha de renoncer à sa candidature à prochaine élection présidentielle.

« Tso-drano ». Au cas où Hery Rajaonarimampianina renoncerait à sa candidature, qui, parmi ces barons du HVM, aura son « Tso-drano » ? Cette question divise actuellement plus que jamais les militants du parti au pouvoir. Au début, l’actuel ministre de l’Education Nationale Paul Rabary aurait été bien placé pour obtenir la bénédiction. D’après nos sources, ce dernier aurait déjà agi dans ce sens étant donné qu’il peut ratisser large grâce au fait que son ministère est présent, même dans les coins les plus reculés de l’île. Ce qui lui aurait valu des suspicions de trahison de la part de certaines figures du HVM. Parallèlement à cette « ascension » du ministre Paul Rabary, la côté de popularité du président national du HVM a chuté auprès du couple présidentiel. Raison pour laquelle Rivo Rakotovao, lors du dernier changement du gouvernement, a perdu sa position de Numéro Deux du gouvernement en tant que ministre d’Etat. Cette disgrâce l’a obligé à faire profil bas pendant un certain temps. On n’a plus entendu  parler de Rivo Rakotovao pendant un certain moment. Mais, soudainement, il a fait son retour en force. Et on le voit partout, au sein du HVM, et aux côtés de Hery Rajaonarimampianina. Serait-il  le candidat de substitution de ce dernier en 2018 ?

  1. Eugène

Share This Post

  • Les Blabla de Rabe

    Le PRM actuel devrait rester à sa place, une autre tête n’améliorera en rien les acquis.