Diplomatie malgache : Risques de conflit de compétences au MAE

Jacaranda
La création d’un secrétariat d’Etat en charge de la Coopération et du Développement efface la raison d’être de la mission du ministère des Affaires Etrangères.

En attendant la nomination de nos nouveaux ambassadeurs, les risques  de confusions et de conflit de compétences sont réels au MAE à Anosy.

La diplomatie malgache est désormais gérée par deux départements, à savoir, le ministère des Affaires Etrangères et le secrétariat d’Etat chargé de la Coopération et du Développement. Administrativement et protocolairement parlant, c’est la ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice qui est en dessus, mais l’essence de la diplomatie, qui est la coopération internationale et le développement, figure dans la dénomination même du département de Rafatrolaza Bary Emmanuel. Pour les observateurs avertis, le président de la République et le Premier ministre ont commis une erreur grave en confiant à deux départements distincts la gestion de la diplomatie malgache. Les risques de conflit de compétences et de confusions sont réels. A qui s’adresseront nos partenaires techniques et financiers lorsqu’ils veulent parler de la coopération ou du développement, à la ministre des Affaires Etrangères ou au secrétaire d’Etat en charge de cette coopération et de ce développement ?

Organigramme. Le blocage se trouve déjà au niveau de l’élaboration de l’organigramme du secrétariat d’Etat chargé de la Coopération et du Développement. D’après nos sources, cet organigramme aurait été déjà bouclé. Il aurait dû être même soumis à l’adoption du gouvernement mardi dernier, en l’absence de la ministre Atallah Béatrice qui effectue en ce moment une mission officielle au Liban. A première vue, ce projet d’organigramme comporte des confusions avec celui du ministère des Affaires Etrangères. Rafatrolaza Bary Emmanuel risque ainsi de créer des directions générales et des directions qui existent déjà au sein du ministère des Affaires Etrangères. D’autant plus qu’il aurait élaboré le projet d’organigramme de son département, sans avoir collaboré avec le chef de la diplomatie malgache.

Dépenses folles. Sur le plan financier, la création du secrétariat d’Etat en charge de la Coopération et du Développement conduirait à l’Etat, qui est déjà en difficulté budgétaire, à faire des dépenses folles. D’après des diplomates malgaches qu’on a pu contacter, ce nouveau secrétariat d’Etat qui aura son propre budget et son propre personnel, n’est pas nécessaire. A rappeler qu’avant d’être secrétaire d’Etat, Rafatrolaza Bary Emmanuel était vice-ministre chargé de la Coopération et du Développement. Le vice-ministère n’a pas eu son propre budget de fonctionnement car il n’était pas doté d’un organigramme. Rafatrolaza Bary Emmanuel a seulement occupé un bureau d’un directeur général au MAE à Anosy pour traiter « ses propres dossiers ». De temps en temps, la ministre Atallah Béatrice lui confie des missions à l’extérieur.

R.Eugène

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.