Menace de motion de censure : Les ministres reçoivent des consignes sur les sujets brûlants

Jacaranda

Les membres du gouvernement ont été avisés hier par le premier ministre de ce qui les attend au Parlement durant la session en cours.

Le gouvernement Mahafaly prend au sérieux les bruits qui circulent à l’Assemblée Nationale sur l’existence d’un projet de motion de censure. Raison pour laquelle, avant de s’attaquer hier à l’ordre du jour du conseil  de gouvernement hebdomadaire, le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a donné des consignes aux ministres en vue de la séance de questions-réponses « que le gouvernement aura à faire devant le Parlement ».  D’après le communiqué du Conseil d’hier, Mahafaly Solonandrasana Olivier « a enjoint les membres du gouvernement à jouer pleinement la transparence, arguments efficaces et convaincants à l’appui, dans le traitement notamment des sujets d’actualité (inflation, insécurité…) ». En matière de gouvernance, le chef du gouvernement « a réitéré d’une manière ferme et catégorique, que, en exécution de la consigne afférente donnée par le président de la République, l’heure est maintenant à la mise en évidence de la visibilité de l’Etat, de l’instauration de l’Etat de droit et de l’ancrage de l’autorité de l’Etat. ». Bref, le gouvernement se prépare à affronter les députés qui l’ont prévenu d’une motion de censure en cas de réponses non satisfaisantes aux problèmes socio-économiques vécus par la population dans leurs circonscriptions.

Sanctions sévères. Par ailleurs, consigne a été donnée hier aux membres du gouvernement de « sanctionner sévèrement les responsables étatiques en défaillance dans l’exercice de leurs fonctions, sans aucune considération. Et ceux méritants doivent également être soutenus ». Visiblement, l’équipe gouvernementale qui vient de faire l’objet d’un « ajustement technique » n’entend pas céder aux pressions de certains députés qui veulent la tête du premier ministre et de certains ministres. L’élu du VPM-MMM Milavonjy Philobert ne l’a pas caché lors de sa dernière conférence de presse en déclarant qu’il y a des ministres qui doivent être remplacés faute d’efficacité.  En tout cas, le gouvernement Mahafaly, s’il veut rester, doit sans attendre adopter les mesures qui s’imposent pour maitriser l’inflation, faire cesser le phénomène de vindicte populaire en restaurant l’autorité de l’Etat et en rétablissant la confiance des justiciables envers la Justice, et renforcer la lutte contre la corruption en mettant fin à l’impunité. En tout cas, personne ne peut jusqu’ici confirmer l’existence d’une collecte de signatures en vue d’une motion de censure. Ce qui est cependant sûr, c’est que le gouvernement Mahafaly va bientôt se présenter devant le Parlement pour défendre ses réalisations ou ses résultats.

  1. Eugène

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.