Claudine Razaimamonjy : Transférée à Manjakandriana pour des raisons de sécurité

Une source proche de l’Administration pénitentiaire a fait savoir que la décision a été prise au niveau du ministère de la Justice.

Comme il fallait s’y attendre, la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy vient d’être transférée à la prison de Manjakandriana. Un transfert qui ne constitue plus une surprise, car depuis son incarcération à Antanimora, les rumeurs concernant son transfert à Mantasoa ou à Manjakandriana ont déjà fait le tour des réseaux sociaux. Désormais donc, c’est chose faite. Et ce, malgré les polémiques qui engendrent cette affaire. D’après les informations, la patronne de l’hôtel « A&C » a quitté la prison d’Antanimora hier vers 13 heures. Une source proche de l’Administration pénitentiaire a fait savoir que la décision a été prise au niveau du ministère de la Justice. En effet, à en croire notre source, c’est le Groupe Volant d’Intervention Rapide (GVIR) au niveau du ministère de tutelle qui a assuré le transfert de la prisonnière. L’opération aurait été dirigée par le Directeur de la sécurité des établissements pénitentiaires en personne qui a joué le rôle de Chef d’éléments. « Cette information confirme le fait que ce transfert constitue une décision ministérielle », a expliqué notre source. Et lui d’ajouter au passage que deux femmes, agents pénitentiaires, ont assuré la sécurité de Claudine Razaimamonjy durant ce transfert à Manjakandriana. D’après les informations recueillies auprès de ce haut responsable au niveau de l’Administration pénitentiaire, le ministère de la Justice justifie ce transfert par « des raisons de sécurité ». La conseillère spéciale du président de la République serait en danger si elle reste à Antanimora à cause de la surpopulation carcérale.

Traitement de faveur. Aux yeux de bon nombre d’observateurs, avec ce transfert à Manjakandriana, Claudine Razaimamonjy bénéficie une nouvelle fois d’un traitement de faveur. Après avoir été évacuée à la Clinique Fortis Darné à l’île Maurice et à l’hôpital HJRA pendant plus de deux mois, elle n’est restée à Antanimora que pendant quatre jours seulement. Certes, la prison de Manjakandriana est bien une prison réservée pour les femmes. Notre source a toutefois expliqué que « seules les prisonnières qui ont déjà fait l’objet d’un jugement définitif peuvent être transférées dans cette prison ». La question est donc de savoir comment une femme impliquée dans une affaire de détournement de deniers publics ayant provoqué un préjudice de 550 millions d’Ariary à l’Etat, selon le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), peut bénéficier autant de traitements de faveur. Connue comme étant très proche du couple présidentiel, elle bénéficie certainement du soutien d’en haut lieu.

« Une gifle ». Quoi qu’il en soit, cette affaire est encore loin de son dénouement. Le Syndicat des Magistrats de Madagascar et le Bureau Indépendant Anti-Corruption persistent et signent sur le respect de l’Etat de droit. Ce transfert à Manjakandriana est considéré du côté du SMM comme « une gifle ». Hier, un haut responsable au niveau du Bianco a déclaré que Claudine Razaimamonjy pourrait être de nouveau convoquée à Ambohibao incessamment afin que les enquêteurs puissent poursuivre le traitement des autres dossiers lui concernant. Faut-il rappeler que la patronne de l’hôtel « A&C » est encore poursuivie pour quatre autres dossiers de détournement de subventions exceptionnelles destinées à plusieurs communes ? Pour ce qui est des deux précédents dossiers qui ont déjà été déférés au parquet de la Chaîne pénale anti-corruption et qui a abouti à l’incarcération de Claudine Razaimamonjy, un maire et un directeur au niveau du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation sont également dans le collimateur de la Justice. Ils devaient d’ailleurs être déférés au parquet de la CPAC avec la conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République le 7 avril dernier. Ayant été hospitalisé le jour du défèrement, ce haut responsable ministériel peut désormais être convoqué pour répondre de ses actes devant la Justice. D’après les informations, il a déjà quitté l’hôpital. Histoire à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. voler un oeuf, t’es emprisonné surpeuplé! voler un boeuf, t’es incarcéré dans dans un hotel 4 étoiles à Manjakandriana!
    Moralité, mieux vaut faire des grosses casses! quelle honte!

Poster un commentaire