Antsirabe Une femme sauvagement mutilée, sa tête et ses 4 membres découpées

Quelle atrocité ! C’était dans la panique que les habitants d’Antsirabe ont entendu la mauvaise nouvelle hier matin portant sur la découverte du cadavre d’une femme sauvagement mutilée dans le fokontany de Vatofotsy, une localité à l’entrée de la ville de la capitale. Emballés dans un sac et déposé sur un leu de décharges, la victime est décapitée et ses quatre membres ont été découpés. On dirait que le meurtrier a disposé de beaucoup de temps pour commettre ce crime dont le mobile reste un mystère et aucun suspect n’est arrêté.

Quoiqu’il en soit, les témoignages des riverains pourraient ouvrir une piste aux enquêteurs qui se chargent de l’affaire. Des tireurs de pousse-pousse affirment avoir vu qu’hier vers 3 heures du matin, une voiture 4X4 s’est arrêtée et a déposé un sac sur le lieu de la découverte macabre. Portant, ils n’ont rien soupçonné en supposant que la voiture y est passée pour jeter des ordures. Ainsi, le malfaiteur a pu s’échapper sans être inquiété.

Cependant la découverte macabre a eu lieu quand les occupants d’un taxi-brousse qui est passé de beau matin dans la localité pour ramasser des passagers ont remarqué quelque chose d’exceptionnel dans le quartier. Des chiens trainant un sac ont attiréleur attention. Des passants qui étaient en route pour la messe du dimanche ont également constaté ce fait. C’est pourquoi, ils ont, tout de suite, alerté les autorités du fokontany, la police et le bureau municipal d’hygiène.

Mère célibataire. Le constat a révélé que la défunte est une résidente du quartier de Mandikamanana, une localité située au nord de la gare de trains d’Antsirabe. Âgée de 25 ans et séparée de son mari depuis quelques mois, elle habite avec ses deux fillettes..Mais, le jour de ce crime, ces dernières n’auraient pas été dans la maison. La victime les aurait amenés chez leur grand-père  à Betafo, le mardi passé, à entendre les explications de ses proches.

Puisqu’il s’agit d’un meurtre, la police a tout de suite ouvert une enquête. Le constat du domicile de la défunte a permis de constater que la lumière y était restée allumée et les limiers de la police affirment avoir senti des relents d’alcool. Hier même, la police a auditionné plusieurs personnes.

T.M.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Je trouve ignoble et absolument inhumaine le fait de publier une telle photo en une d’un journal. Qu’est ce qu’il ne faut pas faire dans ce pays pour vendre et faire du bizina àsans aucun scrupule.

Poster un commentaire