Epidémie de peste : Peur sur les villes

Jacaranda
Les caches-bouche ne peuvent pas cacher la misère.

Fuir comme la peste. Eviter comme la peste… Des expressions qui retrouvent aujourd’hui tout leur sens au sein de la société où la peur de la maladie se …propage et atteint presque tout le monde. Peur sur la ville ou plutôt sur les villes car ce n’est plus seulement le milieu rural qui est touché.

« Où es-tu ? Viens me chercher tout de suite à Mahamasina. On va se rendre illico presto à Ambohipo pour acheter du Cotrim car l’épidémie de peste se propage dangereusement ». Ces propos trahissaient la panique d’une jeune fille qui parlait si fort qu’on entendait tout ce qu’elle disait sur son portable. C’était hier, vers 15 heures, à côté du Cercle Franco-Malgache à Anosy. Juste devant les anciens locaux de Record TV. « J’ai enlevé ma blouse car je suis déjà dehors », avait ajouté l’intéressée qui est probablement une paramed ou une étudiante en médecine. Qu’importe, elle parlait visiblement en connaissance de cause tout en étant apeurée. Une peur partagée par le commun des mortels (la peste peut entraîner une mort rapide, même en plein sommeil) qui craint d’allonger la liste des 36 personnes décédées. Du moins, selon les chiffres officiels du ministère de la Santé car d’autres « cas suspects », pour reprendre le langage lénifiant du début tenu par le régime, ne sont pas à exclure.

Médias étrangers. En tout cas, la nouvelle de l’épidémie de peste s’est …propagée rapidement sur les médias étrangers – notamment en ligne – que le régime en place ne peut pas accuser de désinformation. « La peste sème à nouveau la peur », selon Le Monde, en signalant dans la foulée que « l’OMS met en garde contre un risque élevé de propagation dans le pays ». Et de citer un porte-parole de l’Organisation qui a fait savoir lors d’un point de presse à Genève que « l’OMS est préoccupée par le fait que la peste se répande car elle est déjà présente dans plusieurs villes et c’est seulement le début de la saison épidémique ». Le Figaro titre pour sa part que « Madagascar fait face à une nouvelle épidémie de peste ». Libération de rapporter aussi le …diagnostic établi par un médecin de l’OMS d’après qui, « la situation est grave. Nous avons beaucoup de difficultés à combattre l’épidémie ».

Peur de tout. Le Figaro d’enchaîner toutefois que « l’OMS ne préconise aucune restriction aux voyages ou aux échanges commerciaux avec Madagascar ». Le risque de propagation internationale de la maladie étant très faible. Ce qui n’a pas empêché quelques compagnies régionales de suspendre leurs vols à destination de Madagascar où une peur collective s’installe au sein de la société. Les gens ont peur de tout. Des salives du receveur de taxi-be qui hèle les passagers à haute voix. Du vendeur de bulles de savon qu’on reçoit parfois en pleine figure. Du voisin qui tousse…

Première place. La peur règne partout. A l’image de cette jeune fille qu’on a vue et entendue hier à Mahamasina qui parlait au téléphone avec un copain ou une copine. D’une chose, on est sûr, elle n’avait pas au bout du fil, le numéro vert mis en place par le ministère de la Santé pour signaler les cas suspects et orienter les malades vers les centres de santé où la prise en charge est gratuite. Elle a préféré aller à Ambohipo où le Cotrim se vend et se revend au marché noir. Noir comme la situation actuelle à Madagascar qui « reste le pays le plus touché au monde par cette maladie infectieuse, suivi par la République Démocratique du Congo et le Pérou ». Une première place humiliante qui est à l’image de cette maladie d’un autre âge parce que remontant au Moyen-Age. Le Monde de parler de « Maladie de la misère ».

R.O

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.