CDA Andohatapenaka : Des migrants en plein apprentissage de la langue malgache

Jacaranda
Ils apprennent la langue malgache le mercredi et le samedi de 13h à 16h. (Photo : Yvon Ram)

Les observateurs se demandent s’ils sont à Madagascar en tant que réfugiés ou en qualité de demandeurs d’asile.

C’est confirmé. Des réfugiés sont bel et bien dans nos murs. Au vu et au su de tout le monde, des étrangers circulent librement et sont présents dans plusieurs quartiers de Tana, notamment aux 67Ha, dans le centre-ville et à Itaosy. Les résultats de nos investigations ont en effet confirmé la présence sur notre territoire national de plusieurs migrants venant d’une dizaine de pays, entre autres, des Syriens, des Yéménites, des Afghans, des Turcs, ainsi que des ressortissants de quelques pays africains tels que la République Démocratique du Congo, le Burundi, la Somalie et le Soudan. De source bien informée, les autorités malgaches auraient déjà donné leur feu vert pour l’accueil de réfugiés à Madagascar. Un projet mis en œuvre en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés, Bureau régional en Afrique du Sud et le Conseil de Développement d’Andohatapenaka (CDA). Lors de notre descente effectuée hier dans ce centre, nous avions pu constater de visu la présence de ressortissants étrangers qui apprennent à parler la langue malgache. Selon les explications d’un responsable au niveau du CDA, une trentaine d’étrangers y apprennent à parler malgache chaque mercredi et samedi de 13h à 16h. Les enfants et leurs parents sont séparés en deux classes différentes. L’anglais y est la langue d’enseignement et la durée des cours est de trois mois.

Nationalité malgache. Le fait que ces étrangers apprennent la langue malgache confirme qu’ils prévoient de résider à Madagascar. D’ailleurs, notre source a aussi fait savoir que le gouvernement malgache se serait engagé à accorder la nationalité malgache à ces réfugiés. Pas plus tard qu’hier, un haut responsable au sein de la Police nationale a annoncé l’arrestation de ressortissants étrangers qui circulent dans les rues de Tana. Ils auraient été pris en flagrant délit de vente au marché noir de téléphones portables. Ces réfugiés, migrants ou demandeurs d’asile (c’est selon) sont généralement en tenue arabe traditionnelle avec de longues barbes. Des photos montrant quelques-uns ont même circulé sur les réseaux sociaux depuis le début de semaine. Quoiqu’il en soit, on a pu remarquer que leur présence intrigue les Tananariviens. C’était notamment le cas hier du côté d’Antaninarenina où en apercevant un groupe, les commerçants indopakistanais sont sortis de leur magasin pour demander d’où viennent ces gens-là ?

De confession musulmane. De leur côté, les autorités malgaches préfèrent jouer la carte de la discrétion. Pourtant, une explication officielle est de mise, ne serait-ce que pour rassurer la population. D’autant plus que selon notre source, toutes les régions de Madagascar sont concernées et menacées par cette venue en masse de migrants a priori de confession musulmane. Dans son édition du 20 octobre, « Le Figaro » a publié un article intitulé : « Madagascar, nouvelle terre de conquête des islamistes », pour attirer l’attention sur l’existence notamment d’une école islamique à Vohipeno. Vers la fin du mois d’août dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a publié un appel à manifestation d’intérêt sur des projets concernant l’accueil des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar. Les ONG intéressées devaient faire des propositions sur « la protection, la détermination du statut des réfugiés, l’aide humanitaire et les solutions durables ». Le Conseil de Développement d’Andohatapenaka ayant toujours travaillé avec l’UNHCR, on se demande donc si la présence de ressortissants étrangers qui apprennent le malgache dans ce centre fait suite à cet appel à manifestation d’intérêt. A notre venue hier, les responsables au niveau du CDA ont refusé de nous communiquer les tenants et aboutissants de ce projet. Une communication officielle est réclamée pour faire la lumière sur cette affaire. Histoire à suivre.

Davis R

Share This Post

7 Comments - Write a Comment

  1. Le gouvernement doit réagir et vite

  2. Ces réfugiées apprennent la langue malgache et le français de Mercredi à Samedi de 13h à 16h à Andotapenaka( CDA.) Conseil de Developpement d’Andotapenaka. il ya les Syriens, Yemenites, les Africains, les Pakistanais, le Afghan et les Turques.

  3. Bonjour, nous ne sommes pas content que les réfugiée viennent s’installer ici à Mada et avoir la nationalité malgache. d’autant plus que nous sommes pauvres alors, ces réfugiés doivent quitter Madagascar.

  4. Tout le monde se plaint sur FB mais personne ne reagit, voila pourquoi l’Etat n’en fait qu’a sa tete!

  5. QUI A DEMANDE L’AVIS DES GASY…?

  6. si aucune mesure n’ a pas été prise par l’Etat malgache face à l’entrée librement de ces gens là, Madagascar va devenir un site terroriste!

  7. Madagascar, l’île paradisiaque devenue un pays poubelle.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.