FFKM, société civile, partis politiques : Front uni contre le régime HVM



Jacaranda
Les membres du CVDE se sont réunis hier à Antaninarenina.

Le régime en place pousse les entités de la société politique, de la société civile et de la société religieuse à former un front uni contre lui.

Les partis politiques et les entités de la société civile regroupés au sein du CVDE (Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections) ont tenu hier leur cinquième réunion à l’hôtel Colbert à Antaninarenina. Cette rencontre a été initiée suite à la déclaration du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier qui a affirmé que le gouvernement est ouvert au dialogue quant au processus d’élaboration et d’adoption des trois projets de loi relatifs aux élections. Au début, le Premier ministre a opposé une fin de non recevoir à la demande du CVDE qui revendiquait un droit de regard sur ces projets de loi dans l’objectif de s’assurer que leurs propositions recueillies au niveau de la commission consultative mise en place par la CENI soient prises en compte dans les projets de texte en question. Soudainement, le gouvernement a cédé aux pressions. Pour la plupart des observateurs, le régime en place est seul contre tous ces derniers temps. La formation d’un front uni contre les dérives du HVM qui envisage un « 1er Tour de Vita » en 2018 ne serait pas à exclure dans les prochains jours. La conférence des évêques catholiques était la première à avoir haussé le ton. Le 08 novembre, ces prélats catholiques ont déploré les ravages de l’amour des richesses illicites, de la corruption et de l’argent dans le pays. « L’amour des richesses illicites, la corruption et l’argent dictent la gouvernance au détriment de la compétence et de la sagesse. », ont-ils dénoncé.

A l’échelle internationale. Au niveau international, deux déclarations accablantes sur la situation à Madagascar ont été faites en l’espace d’une semaine. La première par le Parlement européen qui a pris le 16 novembre dernier une résolution où l’on fait comprendre que rien ne va plus à Madagascar. Le Parlement de l’Union européen dénonce dans sa résolution la prévalence de la justice populaire et l’implication d’agents des forces de l’ordre dans des exécutions extrajudiciaires (affaire Antsakabary), l’absence de l’indépendance de la Justice dans une affaire de détournement de deniers publics dans plusieurs communes (affaire Claudine Razaimamonjy), les trafics illégaux de bois précieux et d’espèces animales du pays, l’arrestation arbitraire de journalistes (affaire Fernand Cello de la radio Jupiter Ilakaka), de défenseurs des droits de l’homme et de militants écologistes (affaire Clovis Razafimalala) et l’adoption d’un code de la communication liberticide. Une semaine après la sortie de cette résolution du Parlement européen, l’Union africaine, par le biais de son haut représentant Ramtane Lamamra qui a effectué une mission d’évaluation de la situation pré-électorale à Madagascar, a fustigé le manque de confiance et de dialogue entre les parties prenantes, et ce à cause de la velléité des dirigeants actuels de verrouiller les préparatifs des prochaines élections.

Passer à l’étape suivante. Au niveau national, la société politique n’est pas la seule à avoir tiré la sonnette d’alarme. Au sein du Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections, nombreuses sont les entités de la société civile qui revendiquent la transparence dans le processus d’élaboration et d’adoption des nouvelles lois organiques sur les élections. Ces entités de la société civile sont très actives depuis la mise en place de la commission consultative au niveau de la CENI. Par ailleurs, la société religieuse ne cesse de hausser le ton. Après les évêques catholiques, c’était au tour des quatre dirigeants du Conseil œcuménique des Eglises Chrétiennes de Madagascar (FFKM) de monter au créneau lors d’une réunion (40e réunion du comité central du FFKM) qui s’est tenue à Antsirabe du 23 au 26 novembre dernier. Les Odon Arsène Razanakolona (Ecar), Irako Ammi Andriamahazosoa (FJKM), Davida Rakotonirina (FLM) et Samoela Jaona Ranarivelo (EEM) ont dénoncé dans leur déclaration les maux qui gangrènent le pays dont la corruption, le mélange des affaires du parti avec celle de l’Etat, l’insécurité, la paupérisation de la population et les pillages des richesses du pays. « On déplore le manque de transparence sur les accords de coopération relatifs à l’exploitation des richesses naturelles du pays. », affirme la déclaration du FFKM. Les « Raiamandreny am-panahy » constatent également que les informations du parti au pouvoir HVM accaparent les médias publics dont la TVM et la RNM. Hier, ces constats amers du FFKM sur la réalité dans le pays étaient au centre des débats à l’hôtel Colbert où les partis politiques et les entités de la société civile membres du CVDE ont surtout envisagé de passer à l’étape suivante de leurs actions si le gouvernement campe sur sa position en excluant toute consultation extraparlementaire dans le cadre de l’élaboration des trois projets de lois sur les élections.

  1. R. Eugène

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Mbola tena ho lavitra ny làlana, ary tena mampalahelo!…. miseho azy ho milay daholo ilay malagasy, kanefa na ny mpanao politika na ny lazaina fa manampahaizana dia …fahaizana hafahafa ..Ataon’ny firenena hafa fihomehezana sy fihinana fotsiny ny malagasy, Izay rehetra tonga eo dia hoe : expert n’izao aho hoe…spécialiste an’izao aho hoe, …..pfffffff… faha dondronana sy faha vendranana daholo no hita..???..dia hovaivaina daholo izao rehetra izao, ( lois électorales, constitution, nominations…..etc..) mba hifanaraka @ izay lohany, fa tsy izay hahasoa ny Tanindrazana…Any @ tany mandroso, sy nandroso ve mba misy an’izany????????, ry MUGABE sy ry CAMPAORE sy etc… sy ireo faikan’olona rehetra ireo no atao tahaka, noho ilay ambo – po diso toerana sy faha dedahana fotsiny…( je suis, je suis…an’ahy ny tanàna…il n’y a qu’à…..), tsy misy mahalala izany atao hoe MANAJA LALàNA, MIFANAJA , fa dia samy tiatia kely tia hahazo ny villa-ny sy ny fiarany tsara tarehy sns daholo no maha may…????, Koa aza misy gaga raha toa ka toy izao no fiafaran-tsika…ny mpiasa aty @ administration rehetra , ny fitsaràna, sy izay mpanantateraka rehetra no tena mpanapotika ny firenena, satria tsy misy mànana compétence ireo, fa dia havan’i Ianona sy nanao tsolotra t@ i Ianona.. dia tafiditra eo @ ilay toerana, pfffff…. lava dia lava ny resaka raha halalinina….
    Ka inona no azo atao hoy hianao?: Manomboka any @ FITSARàNA MADIO sy TSY MIANKINA ny resaka, izay mpitsara voavidy sy tsy mahavit’azy dia tsy tokony ho eo, mila mahatsiaro tena ireo olona mahay sy madio sy tena tia ny tanindrazany, fa be dia be ao. Mila FAIZINA MAFY dia MAFY ireo tsy manaja lalàna rehetra sy mpametsifetsy samihafa ( toy ny manadio tatatra mandram-pahafatiny raha nangalatra na nanodikodina volam-bahoaka, ( ohatra)…), roahina, fa omena olona nianatra izany, ireo mpiasan’ny departemanta samihafa ( ny domaine ohatra)…, hatrany @ ny kaominina, izay tratra tsy miasa tsara fa lany andro manao tsolotra.. etc… Tsy hovahovaina isaky ny mihetsika izao , fa tapahina ( une fois pour toute) ny règles rehetra ( lois électorales, constitutions…) toy ny an’ny tany mandroso rehetra.
    Etc…….
    Fa ho hitanao fa hazoto hianatra ny ankizy sy hi se- former @ asa ireo tsy an’asa, sy hivelatra ny fifampitokisana maro samy hafa, ka ny tsena aza lasa hadio fa tsy hisy sahy hvarobarotra @ tany maloto miteraka aretina eny, etc……
    Ny làlana lasa hahay hivoatra ny kaominina hiveran’ny cantonier, ka hisy avy eo ny hanangana tetik’asa hanaovana goudron na sahala @ izany…
    Be tompoko ny fanafody raha toa ka tena vonona marina ny malagasy hifampitarika @ tsara, fa tsy hi fampi- geste fotsiny…
    Ny ankoatr’izany amiko, dia hoatry ny hoe  » rustines’ atao @ pneu vaky ihany, ka rahampitso iny dia ho rava ihany indray..

  2. Tsy misy mahavita premier tour de vita zany fa tokony hifantoka bebe kokoa amin’ny fiatrehana ny fifidianana izay te hirotsaka.Lalàm-pifidianana tsy azo ovaovaina, aorian’ny fametrahana dossier filatsahana ho fidina,no tokony hatao entitra ny fanarahamaso azy,izay no tena zava-dehibe,ary raha sanatria misy izany dia tokony hijoro tsy azo hozongozonina ny kandida rehetra manohitra azy ,raha tsy hoe nalaina ny hevitry ny rehetra ka manaiky ny rehetra.Ary hatao matotra tsara ny fanaraha-maso ny mety tsy fanarahan-dalàna misy ao anatin’ny fifidianana sy indrindra ny andro anaovana ny fifidianana,ny fanisam-bato,ary ny famoahana ny vokatra vonjy maika izay matetika amboamboarina fa tsy asesy arak’izay vokatra tonga.Atao mivaingana tsara ny porofo raha misy fitarainana atao.Tsy mijery fotsiny akory ny vondrona iraisam-pirenena fa tena manara-maso akaiky.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.