Insécurité et impunité : Une centaine de cas de kidnapping recensés en 10 ans Un jeune Franco-malgache de 14 ans kidnappé, hier


Jacaranda
Banky Foiben'i Madagasikara

« C’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur ». (Luc 2. 11). Ce passage de l’évangile selon Saint  Luc et qui évoque la Nativité est plus que jamais d’actualité pour Madagascar et le peuple malgache. Un peuple qui a effectivement besoin d’un Sauveur pour le sortir de la crise actuelle.

Business. Une crise qui se manifeste notamment par une insécurité grandissante, notamment à travers les kidnappings qui ont fait ces derniers temps la Une des journaux. Le dernier en date concerne l’enlèvement en pleine rue du jeune John Raza, un employé d’UCODIS. Le Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM) a une fois de plus condamné cet acte de banditisme qui, malheureusement est devenu un véritable business lucratif pour les ravisseurs. Selon d’ailleurs les informations   se manifestant  notamment par la recrudescence des cas de kidnapping. Et même si pour le moment, on n’a pas encore une statistique précise des cas de kidnapping à Madagascar, les estimations faites par le CFOIM font état d’une centaine d’enlèvements relevés au cours des 10 dernières années. Dans la majorité  des cas, les victimes sont des membres de  familles indiennes  propriétaires d’entreprises de moyenne ou grande taille. Les cas les plus récents sont entre autres les kidnappings de Firose Nourbay, un jeune de 16 ans, ou encore de Yanish Ismaël. Et plus récemment John Raza. Mais le kidnapping ne concerne pas uniquement les Indopakistanais. Les tristes cas d’Arnaud et d’Annie deux jeunes Malgaches tués dans une affaire de kidnapping  sont la preuve que ce fléau atteint aussi les Malgaches.

Cellule mixte. Le trait commun de ces enlèvements, c’est que  les familles des victimes qui traversent des moments très difficiles n’osent même pas porter plainte, de peur que leur proche ne soit tué.  Ce qui n’empêche pour autant pas aux forces de l’ordre d’agir. Mais trop souvent, c’est l’impunité, puisque les ravisseurs sont rarement appréhendés. Pire, des malfaiteurs qui ont été arrêtés se retrouvent parfois en liberté. Le régime actuel semble décidé à mener un combat contre le kidnapping a pris une mesure spéciale en mettant en place  une cellule mixte composée de quelques éléments de la police et de la gendarmerie nationale. Placée sous la direction du ministère de la Défense nationale, cette cellule mixte anti-kidnapping  entend réaliser du bon travail. De son côté, le Collectif des Français d’Origine Indienne à Madagascar s’est levé. Non seulement pour dénoncer le kidnapping mais également et surtout pour apporter de l’assistance aux familles des victimes. Dans tous les cas, il est plus que jamais temps que l’Etat fasse preuve de prise de mesures efficaces pour stopper ce phénomène qui  risque de faire fuir les capitaux. Faute de protection de leurs biens et de leur vie, les personnes concernées par le kidnapping et qui occupent une place importante dans l’économie risquent tout simplement de délocaliser leurs activités ailleurs. Aux  dernières nouvelles, l’on apprend qu’un jeune garçon de 14 ans a été enlevé hier du côté d’Andranobevava. Il s’agit d’un Franco-malgache. Ce kidnapping prouve une fois de plus que les malfaiteurs ne s’attaquent pas uniquement aux Indiens. En tout cas, ce nouveau cas interpelle les autorités sur la nécessité absolue de prendre des mesures draconiennes, pour mettre un terme au kidnapping.

R.Edmond.


Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. « Cellule Mixte »: une unité mise en place par le « gouvernement de combat » pour lutter contre le kidnapping.!
    Une gesticulation de plus pour faire croire qu’il se préoccupe de ses citoyens.!
    Nos gouvernants sont des clowns.!!!

  2. que fait le gouvernement!!!?aucune mesure n’a pas encore été prise jusqu’ à maintenant pour faire stopper ce fléau!

Post Comment