Fonction publique : Quid des fonctionnaires « fôpla » ?



Jacaranda

Nombreux sont les agents de l’Etat qui ne disposent ni de niveau, ni de diplôme, ni de la capacité, ni du profil, ni de la compétence requis pour occuper un poste.

Le Ministère des Finances et du Budget lance depuis quelques temps la chasse aux fonctionnaires fantômes. Une opération très contestée car elle connait de nombreuses failles. 9782 fonctionnaires « non fantômes » ont vu leur solde suspendu pour ce mois de décembre. En cette période des fêtes de fin d’année, le logiciel « Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat » (AUGURE) fait de nombreuses victimes. Hier, une délégation de la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) a été reçue par la ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona. A l’occasion, cette dernière s’est engagée à résoudre le problème d’ici vendredi afin que les fonctionnaires victimes de cette opération « ratée » puissent récupérer leur salaire suspendu.

Complicité. La question est désormais de savoir quid de la situation des fonctionnaires « fôpla » ? Nul n’ignore en effet que mis à part les fonctionnaires fantômes qui n’auraient d’ailleurs pas pu intégrer le corps des fonctionnaires sans la complicité d’un ou de plusieurs hauts responsables de l’Administration, il existe également des gens qui ne disposent ni de niveau, ni du diplôme, ni de la capacité, ni du profil, ni de la compétence requispour occuper un poste. Les recrutements au niveau des Ministères et des différentes institutions sont généralement gangrénés par le clientélisme, le copinage et la corruption. Parfois, il est même question de droit de cuissage et de promotion canapé. Dans le cadre de l’assainissement actuel, le Ministère des Finances et du Budget devrait aussi songer à procéder à une évaluation ou un audit. Depuis quelques mois, le Ministère de la Fonction Publique lance l’opération contre les fonctionnaires qui ont utilisé de faux diplômes.

Incompétence généralisée. Ces pratiques qui ont toujours été courantes, sont sources de l’incompétence généralisée au niveau de l’Administration. La période du recrutement au mérite semble révolue. Cette IVe République est particulièrement connue pour la vulgarisation du clientélisme, du népotisme, du favoritisme et du copinage. Les cas de recrutement par remplacement numérique se font très rares. Des soupçons de corruption entachent également les recrutements par voie de concours. Alors que le pays fait face à d’énormes problèmes de trésorerie, les responsables étatiques se permettent de recruter des nouveaux agents de l’Etat qui, par moment, vont et viennent au bureau uniquement pour signer la fiche de présence. Pour ne citer que le cas de l’Assemblée nationale qui a recruté 120 nouveaux fonctionnaires composés entre autres, de jardiniers, de chauffeurs, de plantons et de bureaucrates cette année. Pareille situation au niveau du Ministère des Transports où la transparence est loin d’être respectée en ce qui concerne le recrutement pour les plusieurs centaines de postes budgétaires disponibles.

Régulation des dépenses. Normalement, l’utilisation des postes budgétaires devrait être soumise au système de régulation des dépenses. Du côté du Ministère des Finances et du Budget, l’on explique que la chasse aux fonctionnaires fantômes permet à l’Etat d’économiser 33 milliards d’Ariary, soit 21 milliards d’Ariary pour la solde et le reste pour les pensions. Nul n’ignore pourtant qu’un assainissement est aussi nécessaire au niveau de ce département ministériel à cause du recrutement massif effectué depuis 2014. Les agents du Ministère des Finances et du Budget perçoivent des avantages colossaux par rapport aux fonctionnaires des autres Ministères, notamment en cette période de fin d’année où les primes s’élèvent à une dizaine de millions d’Ariary. C’est pourquoi tout le monde fait tout pour adhérer à ce département.

Victimes. Quoiqu’il en soit, l’on salue le combat contre les fonctionnaires fantômes menée actuellement par le MFB. Ce logiciel « fôpla » qui a fait plusieurs milliers de victimes devrait cependant être remplacé pour que cette opération ne soit pas de mauvaise… « AUGURE » pour le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». L’on se demande également si les agents qui manipulent ce logiciel sont réellement compétents pour mener ce genre d’opération.

Davis R

Share This Post

5 Comments - Write a Comment

  1. INCOMPETANCE généralisée.!!!
    Quelle triste bilan de l’administration malgache et son chapelet de défauts qui la caractérise: corruption, népotisme, clientélisme, favoritisme, copinage…. et pour finir: droit de cuissage et promotion canapé; de celle de la « mère patrie » des années 60 à 90.
    Avec l’Impunité en « prime ».!

  2. INCOMPETANCE généralisée.!!! Quelle triste bilan de l’administration malgache et toute une chapelets de défauts qui la caractérise: corruption, népotisme, clientélisme, favoritisme, copinage…. et pour finir: droit de cuissage et promotion canapé; de celle de la « mère patrie » des années 60 à 90.
    Avec l’Impunité en « prime ».!

  3. Il faut bien trouver un pretexte concernant les Fopla depuis belle lurette.On ne résoud pas les problemes mais juste les camouflés.Il est temps de mettre de l’ordre pour faire avancer le pays! Entièrement d’accord avec njarasoa: ils sont incompétents.

  4. Les spécifications auraient dû être validées par des vrais professionnels dans le domaine du développement de logiciel.
    Et, je ne pense pas non plus que les tests sont bien suivis.
    Mais j’y pense, y avait-il un appel d’offre ou bien c’est du fait maison ?

  5. quelque soit leurs explications, ils sont tous incompétents. ce sont eux qui devraient être remplacés pas le logiciel!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.