Cyclone Tropical Ava : Des milliers de sinistrés et de personnes déplacées

Les premiers dégâts causés par AVA dans la ville de Toamasina.

349 sinistrés, plus de 2.000 personnes déplacées, des cases détruites. Les premiers bilans des dégâts d’Ava sont lourds .

Le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) a publié un bulletin flash relatant le bilan provisoire du passage d’Ava en date du 5 janvier à 20h. Selon ledit bulletin, le nombre de personnes sinistrées est de 334 dont 29 dans le district de Fénérive-Est et 285 à Sainte-Marie. Le même bulletin de faire savoir que plus de 2.000 personnes ont été déplacées. Soit “ près de 2.000 dans le district de Brickaville, 156 dans le district de Toamasina I,156 à Moramanga, 26 à Soanierana Ivongo et 349 à Antananarivo “. A ces personnes déplacées s’ajoutent des dégâts matériels comme la destruction des cases, des bâtiments administratifs et des infrastructures scolaires telles que les quatre (4) EPP ou Ecole Primaire Publique du district de Soanierana Ivongo ou encore le CEG d’Amboditandroroho-Toamasina II. D’autres pertes matérielles ont été enregistrées, cette fois-ci, selon les témoignages des habitants des régions frappées par le cyclone, comme la destruction de l’église FLM dans le quartier de Morarano-Toamasina I.

Antananarivo. Les pluies abondantes de ces dernièrs jours ont  engendré une montée considérable des eaux dans la capitale malgache. En effet, de nombreux « fokontany » sont actuellement sous les eaux. A l’instar des « fokontany » d’Ankorondrano, Tsaramasay, Andranomahery et Ankazomanga-Andraharo. Une situation qui est malheureusement habituelle en saison des pluies pour les habitants desdits quartiers. Ces derniers ne peuvent en effet que quitter leurs habitats lorsque la situation est critique pour y revenir une fois les eaux parties. Par ailleurs, à l’heure où nous rédigeons, le service de la météorologie nous fait savoir que le cyclone prendrait la direction de Brickaville. Les premiers bilans du passage d’AVA sont lourds. N’étant encore que provisoires, ils démontrent déjà la puissance dévastatrice de la catastrophe naturelle. Les prochains bilans en diront plus sur les dégâts causés par cette dernière.

José Belalahy

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.