Riana au Bianco – Ravalo à Toliara : Deux poids deux mesures



Jacaranda

En continuant de fermer les yeux, le régime risque de favoriser la flambée des violences à l’approche des élections.

Une Justice à deux vitesses. C’est le moins que l’on puisse dire à propos du traitement des dossiers judiciaires impliquant différents acteurs politiques. Le 6 avril 2017, le Sénateur Riana Andriamandavy VII a amené de « gros bras » à Ambohibao pour caillasser le portail et forcer l’entrée du bâtiment du Bureau Indépendant Anti-Corruption, dans l’objectif de réclamer la libération de la Conseillère spéciale du président de la République, Claudine Razaimamonjy qui était alors auditionnée par le Bianco pour corruption et détournement. Les éléments de l’Emmoreg réquisitionnés pour sécuriser les lieux ont toutefois réussi à refouler l’élu HVM et ses partisans. Les faits se sont déroulés au vu et au su de nombreux journalistes. Des photos et des vidéos de ce triste évènement ont même fait le tour des réseaux sociaux à l’époque. Pourtant, jusqu’ici, Riana Andriamandavy VII n’est pas inquiété et continue même de jouir de son statut de  vice-président du Sénat et leader du parti au pouvoir. Neuf mois après les faits, la Justice n’a donné aucune suite à la plainte déposée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et par sa présidente Fanirisoa Ernaivo qui poursuit le Sénateur HVM pour diffamation, menace de mort par SMS, violence et voie de fait. Force est pourtant de rappeler que le 3 mai 2017, le Procureur général près la Cour d’Appel de l’époque, Jacques Randrianasolo a émis un Soit Transmis ordonnant la Brigade des Recherches de la Gendarmerie à convoquer le Sénateur Riana Andriamandavy VII « pour enquête et éventuellement en vue d’un défèrement ». Ironie du sort, c’est l’ancien PGCA qui a été limogé de son poste par le Conseil des ministres du 8 novembre dernier.

Etat de droit. Les propos tenus mardi dernier par la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine laisse entendre qu’une éventuelle arrestation de l’ancien président Marc Ravalomanana n’est pas à exclure. En effet, au cours d’une conférence de presse organisée dans son bureau à Faravohitra, la Garde des Sceaux a rappelé notamment l’existence d’une décision de Justice condamnant l’ex-Chef de l’Etat à une peine de travaux forcés à perpétuité pour l’affaire 7 février. Même si Ravalo continue de clamer son innocence tout en insistant sur le fait qu’il aurait été jugé par contumace par un tribunal qui, selon ses dires, est incompétent pour statuer de par son statut d’ancien président, Rasolo Elise Alexandrine soutient que « toutes les décisions de Justice prononcées à Madagascar doivent être appliquées ». Pour justifier son « projet », le numéro Un de la Justice met à l’avant le respect de l’Etat de droit. La question est toutefois de savoir pourquoi l’Etat de droit n’a pas été appliqué pour d’autres affaires, en l’occurrence le « sakoroka » qui s’est produit à Toliara le week-end dernier, durant lequel l’ancien président Marc Ravalomanana qui voulait rencontrer ses partisans locaux, s’est fait agresser. Dès la sortie de l’aéroport, des troupes de jeunes ont tenté d’immobiliser sa voiture, tout en tapant sur la carrosserie. Des gens ont même tenté de briser les vitres à l’aide de pierres et de gourdins.

Enquête. Les « zanak’i Dada » accusent les jeunes HVM de Toliara d’être derrière cet acte de violences. Durant les échauffourées, des manifestants anti-Ravalomanana ont scandé le nom du ministre coach de la Province de Toliara Gilbert François. Ceci explique peut-être cela. Quoi qu’il en soit, pour éviter le risque d’une guerre tribale, notamment à l’approche de la Présidentielle, le Ministère de la Justice et toutes les autorités concernées devraient prendre des mesures pour sanctionner ce genre de comportement. On se demande pourquoi la ministre Rasolo Elise Alexandrine joue la carte de la discrétion par rapport à cet évènement qui s’est produit à Toliara, mais aussi pour les autres décisions de Justice telles que le verdict ordonnant la réintégration des quatre employés d’Air Madagascar licenciés en 2015. En tant que patronne du parquet, elle peut tout au moins ordonner l’ouverture d’une enquête, ne serait-ce que pour déterminer les responsables de cet évènement à Toliara et pour rappeler aux citoyens que Madagascar est réellement un Etat de droit. Faisant référence à ce qui se passe actuellement, bon nombre d’observateurs dénoncent un deux poids deux mesures. En effet, en continuant de fermer les yeux, le régime risque d’encourager la flambée des violences à l’approche des échéances électorales.

Davis R

Share This Post

9 Comments - Write a Comment

  1. Si on prône vraiment l’objectivité dans tous ces affaires alors il faut recommencer toutes les enquêtes à partir du moment où on avait incité les gens à la destruction et au pillage et cela avec des enquêteurs internationales pour rétablir la vraie vérité et punir le ou les vraies coupables et non pas divaguer sans preuve.

  2. Il ne passe un jour sur votre quotidien sans une une concernant Ravalo.Ou est passé votre sens du pluralisme et de l’objectivité?

  3. En effet, c’est le cas de le dénoncer,
    car ceux qui se sont parvenus au pouvoir n’ont aucune culture proprement dite de la chose politique,
    Ils ( les mêmes ) rentrent et sortent du pouvoir comme des caméléons.
    la politique n’est qu’un moyen pour assouvir leur forfaiture.
    La seule motkvation est de se servir et s’enrichir de manière ostentatoire toute honte bue et celui qui peut gêner leur forfaiture risquera leur foudre de guerre.
    Quant au fonctionnement de la justice de ce pays, permettez-moi de sourire,
    lorsqu un ancien ministre ( pour ne citer que celui-là )  » aide  » une dame présumé de haute corruption d’abus de biens publics à s’ évader pour échapper à la justice alors on a tout compris ……….

  4. Affirmation gratuite ! c’est notre specialité ! N’est-ce pas ??

  5. Il faut le TPI pour juger ici à Madagascar sur cette affaire de tuerie et appeller comme témoin le colonel Charles

  6. Manan-kery ny didy nanameloka ny filoha teo aloha , Ravalomanana .
    Ary tsy ho afa-bela amin’ny heloka nataony teto iny filoha iny .
    _____________________________________________________________________
    Le verdict a condamné l’ancien président Ravalomanana.
    Et ce président ne sera pas offensé par le crime qu’il a commis ici .

  7. on ne peut pas toucher ou bien arrêter des hommes quand ils sont encore au pouvoir!ils sont libres et font ce qu’ils veulent!Rina Andriamandavy VII en est fait partie!

  8. Njarasoa- les pillages du 26 janvier ont été organisés pour inculper Rajoelina? Du n’importe quoi, pouff.

  9. ils sont les mêmes. qui est exactement Rina Andriamandavy VI, il était l’ancien président des jeunes TIM à l’époque de Marc Ravalmanana et qui a mené les gros bras à Anosy pour mettre au feu la RNM, pillages dens la capitale pour inculper le leader du mouvement populaire de 2009.
    je fait appel à la justice d’appliquer la loi à qui que ce soit

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.