Organigrammes ministériels : Chamboulement à cinq mois des élections

Jacaranda
La réforme de l’Administration figure parmi les préoccupations du PM Ntsay Christian.

Visiblement, le Premier ministre Ntsay Christian veut s’attaquer aux vrais problèmes de ce pays avant de passer à une élection.

Modification des organigrammes et nomination aux hauts emplois de l’Etat. Tels sont les deux principaux menus des deux Conseils de gouvernement qui se sont succédé depuis la formation de l’actuelle équipe gouvernementale. La publication du calendrier électoral semble reléguée au second plan alors qu’elle constitue, d’après le Premier ministre de consensus Ntsay Christian lors de sa passation de service avec son prédécesseur Mahafaly Solonandrasana Olivier, l’une de ses principales missions. Lors du premier Conseil de gouvernement, six ministres ont pu faire adopter les nouveaux organigrammes ou les organigrammes modifiés de leurs départements. Et mercredi dernier, cinq autres ministres y étaient parvenus. Sur le plan technique, il ne devrait y avoir aucune raison pour justifier la modification de l’organigramme d’un ministère si le nouveau ministre ne serait là que pour cinq mois. C’est le cas actuellement, car le gouvernement Ntsay est un gouvernement d’élection. Normalement et si  les conditions techniques, matérielles et financières réelles pouvant assurer des élections libres, honnêtes et transparentes sont réunies (décision HCC n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018), une élection présidentielle anticipée devrait se tenir avant le 24 novembre de cette année. Par contre, pour les ministères nouvellement créés ou ceux dont les intitulés ou les dénominations ont subi des changements, la modification des organigrammes s’impose. C’est le cas du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (nouveau ministère), du ministère de l’Aménagement du Territoire et des Services fonciers ou du ministère de la Fonction publique, de la Reforme de l’Administration, du Travail, de l’Emploi et des Lois sociales.

Réformes. Ces changements au niveau des organigrammes et des hauts responsables au niveau des différents ministères sont autorisés par le Premier ministre Ntsay Christian, qui est le chef de l’Administration. Mahazoarivo donne cependant des instructions aux membres du gouvernement pour éviter les abus. « Le népotisme et le favoritisme sont des comportements à éviter concernant les nominations des membres des cabinets et du staff technique en donnant priorité aux compétences. Il est formellement interdit de nommer des membres de cabinet par complaisance. Chaque membre de cabinet doit avoir une description des tâches. » recommande la Primature. En cinq mois donc, les ministres doivent d’une part, modifier les organigrammes de leurs ministères et placer les personnalités en qui ils ont confiance à la tête des secrétariats généraux, des directions générales et des directions de leurs départements ministériels et d’autre part, entreprendre les actions proprement dites qui contribuent à l’accomplissement des missions assignées à l’équipe gouvernementale. Sur le fond, les objectifs et les réformes annoncés hier par le Premier ministre devant le Parlement sont ambitieux. Or, ce n’est pas en cinq mois qu’on peut en même temps éradiquer l’insécurité, reformer l’Administration et préparer les élections. Le Premier ministre Ntsay Christian l’a même reconnu lors de la présentation de son programme de mise en œuvre de la politique générale de l’Etat en soulignant qu’il serait difficile d’organiser une élection dans des conditions qui ne permettent pas aux citoyens d’exprimer librement leurs choix. L’insécurité et la mauvaise gouvernance (politique, économique, juridique, ou encore sociale…) constituent un frein à la restauration de ce climat favorable à la tenue d’élections. Raison pour laquelle l’Administration Ntsay veut visiblement s’attaquer aux vrais problèmes de ce pays avant de passer à une élection qui ne pourrait que plonger Madagascar dans une nouvelle crise postélectorale si les conditions ne sont pas réunies. Le chef du gouvernement veut-il enclencher le processus de refondation de Madagascar ? En tout cas, on attend ce matin à 10 h ses déclarations par rapport à ces multiples questionnements.

R. Eugène

Share This Post

13 Comments - Write a Comment

  1. Io pm io fitaovan ‘i Andry sy ny frantsay io. Amin’izay rehefa tonga ny propagandy dia afaka miseho sy miteny izy hoe jereo ny nataon’ny pm izay natolotry ny mapar.
    Mandiniha aloha vao miteny fa aza mora rebireben’ny Be resaka fotsiny. Fomba hentina miady sera daholo io.

  2. Si ce pm a bien fait son travail comme vous dites, pour il avait accepté les nominations des ministres par le président? Ny tonta ihany no navadibadika. Réfléchir avant de dire n’importe quoi. Tous ces ministres qui sont toujours sur leurs sièges sont le secteurs clé pour le pillage de richesse de notre pays. C’est pour ça que hery ne veut pas perdre son siège.

  3. On voit bien qu’il veut s’attaquer au vrai problème du pays. Il ne va pas nous décevoir. Il peut le faire vu ces compétences.

  4. encourager le PM, ,mais il doit avoir des ennuis quand il s’agit de cet endroit

  5. Voila un idées digne d’un Premier ministre pourquoi? parce que il sait ses devoir et ses droits pour la gouvernance dans un pays.

  6. Il faut excommunier tous les personnes qui ne servent à rien dans les ministères et qui ralentissent la fonctionnalité de l’Etat. Surtout les opposants.

  7. merci pour votre travail monsieur le PM on vous fait confiance

  8. Nous vous soutenons toujours Monsieur le PM,nous vous donnons du courage parce que celà concerne le bien être de notre pays ! On vous fait confiance qu’à la fin vous arrivez au succès de votre travail!

  9. Il a toute à fait raison de bien organiser son équipe pour atteindre une bonne résultat. Des tâches lourdes attends le gouvernement Ntsay et il faut les encouragées

  10. L’analyse des cas pour éviter les obstacles à l’élection est très indispensable. Viser loin pour sortir bien.

  11. Bon courage Monsieur. Zut alors! pour une fois que quelqu’un a le cran de vouloir changer la mentalité au pays, il faut vraiment le soutenir. Finie l’époque des havanay io. Vous êtes tous élus par le peuple, vous êtes leurs salariés, donc pour leur bien être, non pour vous engraisser et n’oubliez pas que ce n’est pas un CDI.

  12. Bon courage Monsieur. Zut alors! pour une fois que quelqu’un a le cran de vouloir changer la mentalité au pays, il faut vraiment le soutenir. Finie l’époque des havanay io. Vous êtes tous élus par le peuple, vous êtes leurs salariés, donc pour leur bien être, non pour vous engraisser et n’oubliez pas que ce n’est pas un CDI.

  13. Je vous encourage dans ce pas Mr le PM, c’est une tâche difficile et pleine d’embuche mais il faut le faire!
    C’est la refondation même de la mentalité qu’il faut s’y atteler et ca commence par là-haut!!!
    Bon courage!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.