Grève des enseignants : Toujours l’impasse



Jacaranda

Toujours pas d’issue claire dans la crise. Le fossé entre les revendications des syndicats des enseignants, en grève depuis plus de dix semaines, et les solutions proposées par le gouvernement, est jugé trop grand par les grévistes. 

Les syndicats des enseignants persistent et signent : il n’y aura pas de reprise des cours tant qu’ils ne sont pas « entendus » dans leurs revendications. Ce bras de fer qui oppose les syndicats des enseignants et le gouvernement à travers le ministère de l’Education nationale, entre maintenant dans son troisième mois sans qu’aucune issue ne vienne rassurer les parents d’élèves et les candidats aux examens officiels. Les choses se sont encore envenimées depuis le clash entre le ministre de l’Education nationale  Horace Gatien et les enseignants grévistes, la semaine dernière, ayant abouti à l’usage des grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre pour disperser les grévistes. On s’achemine maintenant vers l’impasse, et la tension est encore montée d’un cran. Le ministre de l’Education nationale estime que « ce mouvement ne relève plus des revendications syndicales et commence à prendre une tournure politique » et en conséquence dans la mesure où les examens officiels approchent et que le calendrier des examens reste maintenu.

Vingt fois moins. « Nous savons à qui appartient le véhicule où est installé la sonorisation et à qui appartient la sonorisation utilisée quotidiennement par les grévistes ». Ainsi, point de mystère sur les véritables objectifs du mouvement, au-delà des revendications syndicales, d’après le ministre Horace Gatien. Non sans préciser que le ministère « prendra des mesures » face à cette situation. En effet, à l’approche des examens officiels, il n’est plus envisageable que les classes  continuent à vaquer encore longtemps. Pour le ministre, cette grève n’a plus lieu d’être car le gouvernement a déjà accepté d’augmenter jusqu’à 150 milliards d’ariary, jusqu’en 2020, le volume global des indemnités des enseignants. Une enveloppe à la hauteur des moyens dont dispose l’Etat et qui constitue une « solution réaliste », comme l’a affirmé pour sa part le chef de l’Etat. En d’autres termes, les syndicalistes n’ont plus grand-chose à attendre de l’Etat à part ce qui leur a déjà été annoncé : une révision des indemnités, échelonnée jusqu’en 2020, dont 25.000 ariary à compter du mois d’octobre 2018, vingt fois moins que les 500.000 ariary réclamées depuis le début du mouvement par les syndicats. De leur côté, les grévistes ne se sont pas encore résolus à reprendre le travail.

Hanitra R.


Share This Post

10 Comments - Write a Comment

  1. Tena vendra-p…tenisany. Mba asio motera tsara ny cerveau. Grevy p…io ihany no nahatonga ny firenena ao anaty lavaka ohatr’izao. Ny ho avin’ny ankizy no tokony amboarina tsara dia ianareo tokony hanabe indray no mitokona. Tia tena, sa matahotra ny hioaran’ny mpianatrareo? Raha izay, dia efa tsy misy aminareo ireo intsony ny mahay noho ny tanora ankehitriny. Mandehana miasa ry génération an’ ny diplaomavorontsiloza

  2. Ils se disent enseignants et pourtant ils ne montrent pas l’exemple en maintenant cette grève.

    Aleo atao @ teny gasy eh : milaza ry zareo fa MPANABE nefa ny ataony toa MANAKELY ny fanantenan’ny mpianatra sy ny ray aman-dreny.

    Tsy mendrika ny toerana izay misy anareo ianareo ry mpampianatra mpitolona satria manimba ny ho avin’ny ankizy. Tsy mba nosaininareo ny fiatraikany raha toa ka tsy misy ny fanandinana ara-panjakana @ ty taona ty? Dia hamerina taona indray izany ireo mpianatra sa ho ataonaroe ahoana?

  3. Ce que j’ai jamais compris c’est qu’ils se disent enseignants alors qu’ils ne montrent pas l’exemple en maintenant cette grève.

    Aleo ataoko @ teny gasy mihitsy, « MPANABE » no hiantsoana anareo, nefa ny ataonareo toa MANAKELY ny fanantenan’ny mpianatra sy ny Ray aman-dreny. Tsy mendrika ny toerana izay misy anareo ianareo mpanao tolona reo.

  4. S’il Vous plait les enseignants, l’avenir de ces milliers d’etudiants est entre vos mains!! ils n’ont rien fait et pourtant, ils sont victimes.

  5. Ekena fa tsy mahazo tombontsoa amin’ny fiatohan’ny fampianarana fa tokony ary tena tokony ho jerena akaiky ny mpampianatra eto Madagasikara

    Eketsika ary ve ny mpampianatra tsizarizary no mampianatra ny zanatsika izay haka tahaka azy sy ho lasitra amin’ny ho avy?

    SAMIA MIERITRERITRA…

  6. Pour moi, les enseignants gréviste sont utilisés par les manipulateurs politiciens, C’est pourquoi le grève persiste.

  7. La situation devient de plus en plus grave ! chers enseignants,ASSEZ LES GREVES!

  8. Pour les enseignants, il suffit de regarder l’avenir des enfants ,C’est triste de les voir ne pas étudier

  9. simba tanteraka ny ho avin’ny mpianatra nohon’ny grevy sy ny tsy firarahina ny fampianarana ataon’ireo mpampianatra

  10. le programme de l’éducation est vraiment endommagées par cet manifestation. L’avenir de nos enfant sont en jeux et c’est une grande catastrophe

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.