Meurtre chez un journaliste : IST contre tous les suspects présumés



Jacaranda

Malgré la disparition de l’un et de l’autre, le dossier judiciaire concernant l’affaire de meurtre du chauffeur du journaliste Maurice Tsihiavonana est encore en cours.

Suite à une demande formulée par  la partie civile, une interdiction de sortie du territoire (IST) a été décidée  contre tous les suspects présumés  de cette affaire, dont des membres de la famille de Maurice Tsihiavonana.

Absence. Le dossier sur le meurtre de Maurice Rakotomalala commis la nuit du 13 au 14 mai 2018 au domicile de l’ancien journaliste chroniqueur d’une chaîne télévision privée de la capitale, semble tarder à être clôturé auprès de la Justice. Selon les informations émanant de la brigade de la Gendarmerie de Tana-ville à Betongolo, cette affaire devrait être déférée au Parquet. Les procès-verbaux de l’enquête sont déjà ficelés mais le problème est, selon les explications, l’absence des deux gendarmes qui étaient les gardes du corps du feu Maurice Tsihiavonana dans  la capitale. Ces éléments des Forces de l’ordre figuraient sur la liste des suspects dans la mesure où ils étaient dans la maison de ce journaliste la nuit de ce meurtre. Selon les explications du commandant de la brigade, ces gendarmes seraient encore en mission de pacification dans les provinces.

Suspicion. Face à cette situation, les proches de la victime qui se sont constitués partie civile, n’ont pas dissimulé leur suspicion sur l’éventualité d’une manœuvre visant à étouffer cette affaire. Raison pour laquelle, la partie civile a formulé une demande d’Interdiction de Sortie du Territoire(IST) contre tous les suspects présumés dans ce meurtre auprès du Procureur général de la Cour d’Appel d’Antananarivo.  Ainsi la partie demanderesse a obtenu gain de cause. Désormais, cinq individus proches de Maurice Tsihiavonana sont frappés de cette mesure préventive. Rappelons que  la victime Maurice Rakotomalala était sauvagement abattue dans le salon de Maurice Tsihiavonana à Ambatobe la nuit du 13 au 14 mai 2018. Ayant plaidé innocent dans ce meurtre, ce journaliste a apporté sa version du fait en disant que lui aussi, il en était victime.  Ce dernier rappelons-le est décédé des suites d’un cancer du gros intestin.

T.M.

Share This Post

4 Comments - Write a Comment

  1. · Edit

    Il s’agit d’une affaire qui implique les haut dignitaires du pays qui comme d’habitude, se serrent les coudes pour étouffer l’affaire. Si tu appelles cela n’importe quoi, laisse les faire avec leurs habitudes de mafieux, qu’ils continuent à toucher des pots de vin, qu’ils continuent à instrumentaliser la justice, qu’ils continuent à accepter les accords halieutiques au prix d’une bouchée de pain, alors que les côtes de Madagascar manquent de poissons et que les Vezo se plaignent des bateaux étrangers qui raclent le fond de nos océans, qu’ils continuent à se goinfrer et faire taire la justice et l’équité sans se soucier des Malgaches et des pauvres,qu’ils continuent à se corrompre et à corrompre… Et ne pleure pas si ton pays est au dernier rang des damnés de la terre parce que des gens comme toi ne veulent pas parler de la merde qui éclabousse toute la société

  2. Dommage la justice malgache c’est tjr manque de compétence pas sérieux

  3. @sonarine,ce n’importe quoi pour toi qui n’est pas proche du victime, t’es vaiment sans coeur. Il y aura au moins les proches du victime qui s’y interessent.

  4. Qui s’intéresse à ce n’importe quoi ? Pfff

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.