Menace de crise au sommet de l’Etat : Clash entre le président Rajaonarimampianina et le PM Ntsay Christian



Jacaranda

Jusqu’où ira ce clash entre les deux têtes de l’Exécutif du pays ?

Le torchon brûle à la tête de l’Exécutif à l’approche de la date du 7 novembre 2018. En effet, la cohabitation commence à être compliquée entre le président de la République Hery Rajaonarimampianina et le Premier ministre de consensus Ntsay Christian. La mésentente trouve son origine dans la gestion des précampagnes des candidats ou des futurs candidats à la prochaine élection présidentielle. La tenue au Palais des Sports à Mahamasina du meeting d’Andry Rajoelina a conduit à un clash entre Iavoloha et Mahazoarivo dont le locataire est issu du Mapar. Jusqu’où ira ce clash ? Ces derniers temps, le Premier ministre Ntsay Christian ne cesse de rappeler à ceux qui veulent l’entendre la neutralité de l’Administration. Et il en a le devoir en tant que Chef de l’Administration qui a pourtant au-dessus de lui un président de la République qui conserve tous ses pouvoirs constitutionnels malgré la décision n° 18-HCC/D3 du 25 mai 2018. Le dernier rappel à l’ordre du locataire de Mahazoarivo sur la neutralité de l’Administration date du 6 août 2018.

Pouvoirs constitutionnels. Malgré donc la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 dont la mise ne œuvre a conduit à la mise en place de l’actuel gouvernement de consensus, le président de la République Hery Rajaonarimampianina continue d’exercer les pouvoirs que lui confère la Constitution de la Quatrième République. Cette loi fondamentale l’autorise entre autres de contrôler la mise  en œuvre de la politique générale de l’Etat et l’action gouvernementale, de disposer des organes de contrôles de l’Administration, et de nommer en Conseil des Ministres dans les hauts emplois de l’Etat. Par ailleurs, il est le chef suprême des Forces Armées, avec tout ce que cela implique. De l’autre côté, la même Constitution prévoit que le Premier ministre conduit la politique générale de l’Etat et a autorité sur les membres du gouvernement. Il est le Chef de l’Administration, avec tout ce que cela implique également. Le Chef du gouvernement est aussi chargé d’assurer la sécurité, la paix et la stabilité sur l’étendue du territoire national. C’est en vertu de cet alinéa 9 de l’article 65 de la Loi fondamentale que Ntsay Christian a réuni à Anosy les représentants de l’Etat au niveau territorial (Préfets, Préfets de Police et chefs de district) pour les interpeller sur la recrudescence de l’insécurité à Madagascar.

Au-dessus de la mêlée. En fait, derrière ce désaccord entre Iavoloha et Mahazoarivo, il y a la prochaine élection présidentielle. Le Premier ministre Ntsay Christian est une personnalité présentée par Andry Rajoelina qui a  déjà déposé son dossier de candidature à la HCC. Quant à Hery Rajaoanarimampianina, il sera lui-même candidat à cette consultation populaire. Les deux sont parmi les grands favoris de cette élection. Le troisième grand favori Marc Ravalomanana préfère pour le moment se mettre au-dessus de la mêlée. D’ailleurs, il évite une campagne électorale avant la lettre. Dimanche prochain, Marc Ravalomanana sera à Toamasina avec les fidèles de l’église FJKM de tout Madagascar. Il portera à cette occasion sa casquette de président du comité de célébration du 50e anniversaire de l’église reformée.

R. Eugène

Share This Post

5 Comments - Write a Comment

  1. Normalement, Rajaonarimampianina est le président de remplacement de Rajoelina. Je ne vois pas de crise au sommet sauf incompétence.

  2. Donald Trump a raison à 100%, Madagascar est un pays de m ….

  3. LAZALAZAO

    Une constitution taillée sur mesure pour rajoelina et a été imposée à la population, respect de cette constitution toute relative, propre à la mentalité des politicards malgaches. Un putschiste qui nomme un premier ministre, et on a un soi-disant, PM de consensus, alors, qu’il n’y a avait que le rajoelina et rajaonarimampianina qui l’ont désigné. Des pre-campagnes illégales, et deux candidats avec de l’argent sal. Voilà ce qui reste du paradis dans l’océan Indien….. Seuls , les malgaches peuvent relever la situation en évitant à tout prix de voter pour rajoelina et rajao. Qui sont d’ailleurs deux putschistes, qui ont fait régner la terreur pendant dix ans de 2009 à 2018. Ce sont aussi deux tricheurs de toutes les élections qui ont eu lieu depuis 2009.

  4. Une constitution taillée sur mesure pour rajoelina et a été imposé à la population, respect de cette constitution toute relative, propre à la mentalité des politicards malgaches. Un putschiste qui nomme un premier ministre, et on a un soi disant, PM de consensus, alors, qu’il n’y a avait que le rajoelina et rajaonarimampianina qui l’ont désigné. Des pre-campagnes illégales, et deux candidats avec de l’argent salle. Voilà ce qui reste du paradis dans l’océan Indien….. Seuls , les malgaches peuvent relever la situation en évitant à tout prix de voter pour rajoelina et rajao.

  5. Deux personnes ne peuvent travailler ensemble avec chacun de mauvaise foi. Ce gouvernement n’est que du nom.
    Le président a aussi trop de pouvoir pour un seul homme , il n’arrive pas à suivre, vu sa capacité de prise de décision très limitée.
    Il faut que la HCC n’autorise plus des diverses nominations , des pré-campagnes , des signatures qui engagent
    l’état pour de long terme.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.