ENMG : Le DG et le DAF limogés



Jacaranda
Le nouveau DG de l’ENMG Rakotoarisoa Miadantsata Indriamanga

Le couperet est tombé pour les deux hauts responsables de l’école après la suspension du deuxième concours.

Le Conseil des ministres d’avant-hier a limogé le directeur général de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). Le nouveau DG a été nommé au même moment. Il s’agit du jeune magistrat Rakotoarisoa Miadantsata Indriamanga, ancien président du Tribunal Financier d’Antananarivo. Le même Conseil des ministres a remplacé le directeur administratif, financier et de la programmation budgétaire de cette prestigieuse école. Rajaona Andriamihaja occupe désormais ce poste à Tsaralalàna. Le prédécesseur de Rajaona Andriamihaja a été nommé le 21 février 2018 après l’annulation du concours d’entrée à l’ENMG organisé le 6 février 2018. Ce concours a été annulé au moment où l’on attendait le résultat des épreuves de présélection auxquelles 1800 candidats ont participé.

Deuxième concours. Ces limogeages interviennent après la décision de la nouvelle ministre de la Justice Harimisa Norovololona de suspendre le concours d’entrée à l’ENMG, le « remake » de celui qui a été organisé le 6 février de cette année. Ce « deuxième concours » dont l’organisation faisait l’objet des doléances et des plaintes suscitait des polémiques non seulement dans l’opinion publique, mais également et surtout entre les parties prenantes censées y intervenir. D’après nos sources, le ministère de la Justice a décidé de suspendre le deuxième concours après avoir constaté de nombreux faits suspicieux. Le nouveau ministre de la Fonction Publique a réagi en écrivant une lettre à sa collègue de la Justice. Dans cette lettre en date du 31 juillet 2018, le ministre Holder Ramaholimasy dénonce l’ingérence du Bureau de Coordination du Contrôle des Juridictions et des Etablissements Pénitentiaires dans le processus.

A poursuivre ou à annuler ? Malgré cette interpellation du ministre de la Fonction Publique, Faravohitra a jugé bon de suspendre le concours en diligentant une enquête à partir des doléances et des plaintes reçues. Des suspicions de corruption et de trafic d’influence auraient été constatées. Reste à savoir si cette suspension pourrait aboutir à l’annulation du concours. Actuellement, une solution se profile à l’horizon. Cette solution consisterait à annuler définitivement ce concours d’entrée à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes. Pour bon nombre d’observateurs, le moment ne serait pas opportun pour la tenue de ce genre de concours administratif. Si dans un gouvernement de consensus, un ministre de la Justice et celui de la Fonction Publique, deux départements ministériels concernés par l’organisation de ce concours, n’adhérent pas à une même conviction politique, il serait difficile de relever le défi sans couacs.

R.Eugène

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Allez tout le monde au placard (ceux qui gouvernent, administrations, douanes, polices, gendarmes, les traficants en tout genre) et sachez que nous ne sommes pas dupes de leurs manigances parce que cela existent depuis une belle lurette sauf que personne n’a osé le dénoncer (est ce une stratégie de la part de HVM en vue d’une prochaine réelection) histoire de nous dire qu’ils travaillent bien et qu’ils font de grands nettoyages au niveau de la corruption??? laissez moi rire hahahaha bien entendu y en a toujours qui vont continuer à avaler leurs belles paroles…..STOP STOP A LA CORRUPTION

  2. C’est pour cela qu’il faut encourager le ministre de suspendre ou d’annuler le dit concours pour cette année- ci.

  3.  » Des suspicions de corruption et de trafic d’influence auraient été constatées. » Comme si c’était quelque chose de nouveau…
    La plupart de ces genres de concours est infestée de corruption et de trafic d’influence. Ce n’est pas une suspicion, c’est une affirmation… c’est la preuve flagrante qui manque

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.