Election présidentielle : Deux intérims au sommet de l’Etat après le 7 septembre



Jacaranda
La démission de Jean Max Rakotomamonjy n’est prévue ni par la Constitution, ni par le règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Le cas du président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy semble être compliqué faute de cadre juridique.

Deux chefs d’Institution sont candidats à l’élection présidentielle du 07 novembre 2018. Il s’agit de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, et de Jean Max Rakotomamonjy, président de l’Assemblée Nationale. Puisqu’ils ne peuvent pas se porter candidat tout en restant à leurs postes durant la campagne électorale, le poulain du HVM et celui du Leader Fanilo seront obligés de quitter leurs fonctions. Pour le président de la République, le problème ne devrait pas se poser car les dispositions de l’alinéa 2 de l’article 46 de la Constitution sont claires : « Le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président. »

Vide juridique. S’il est donc sans équivoque que Rivo Rakotovao assurera l’intérim du président de la République à partir du 7 septembre, le cas du président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy constitue un véritable casse-tête à Tsimbazaza. La Constitution est muette sur le cas d’un président de la Chambre basse candidat à une élection présidentielle.  De même, le règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui ne prévoit rien sur ce cas de figure. Il y a donc un vide juridique. A l’Assemblée nationale, certains députés évoquent une jurisprudence de 2006 où le pasteur Richard Andriamanjato, président de l’Assemblée nationale à l’époque, se portait candidat à l’élection présidentielle. Le candidat de l’AKFM Fanavaozana s’est mis en position de disponibilité durant la campagne et il a repris ses fonctions après l’élection.

HCC. D’autres députés soutiennent que Jean Max Rakotomamonjy doit démissionner et qu’on devrait procéder à l’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale. Mais, à un peu plus d’un mois avant le début de la campagne électorale, rien n’est encore fixé sur le sort de l’actuel président de l’Assemblée nationale. D’après nos sources, l’avis de la HCC serait sollicité pour éviter d’éventuelles contestations sur la mise en place d’un intérim à la présidence de la Chambre Basse. « Pour moi, c’est la meilleure solution. », affirme le vice-président Mahazoasy Freddie. En tout cas, lors du dépôt de son dossier de candidature auprès de la HCC, le candidat du leader Fanilo Jean Max Rakotomamonjy a déclaré qu’il a des solutions à proposer aux Malgaches pendant la campagne électorale. La mise en œuvre d’une décentralisation effective qui permettra à chaque région de Madagascar de bénéficier des produits de ses potentialités économiques, fait partie de ces solutions.

R.Eugène

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. C’est un député. Son cadre juridique et celui des députés. L’article ne maitrise pas son sujet à traiter.

  2. Aucune chance pour lui de devenir président,alors en cas de défaite ya toujours sa place à récupérer.Tia vola sy voninahitra comme la majorité de ses compatriotes politique.

  3. Tsy misy antenaintsika amin’izy roa ireo : firy taona izy ireo teo @ toerany tsy hita izay fampandrosoana nentiny ? Toa ny tsy fandriampahalemana nirongatra , ny vidim-piainana niakatra . T@ andron’i Rajoelina : 700 ar ny Kg ny vary , tamin’ity fitondrana ity : ny iray kapoaka no efa novidiana 700 ariary . Tsy mila Rajaonarimampianina intsony , tsy mila Jean Max .

  4. Pour eviter des problemes inutiles, il faut demander l’avis de la HCC,c’est tout!

  5. C’est quand même pas compliqué ,
    qu’il démissionne c’est tout ,le reste c’est pas son affaire.
    C’est pas qu’il n’y a pas de texte qu’on puisse profiter le maximum .
    Quel k.onard alors ?

  6. Il n’est même pas sûr qu’il pourra briguer le poste de PRM, alors qu’il doit abandonner un moment son poste de président de la Chambre Basse pendant la propagande… La peur qu’il a… ça se sent de très loin..
    Il y aura bien sûr un laps de temps où il ne sera rien : ni PRM, ni Président de l’assemblée.
    Faut d’un vide juridique… position de force à priori, mais faisant ressortir la vrai qualité de sa personne:
    Un bouffon.
    Et dire qu’il a la solution pour Madagascar.
    Vous tous pathétiques!

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.