La flambée  du carburant continue : Une hausse  de 10%  des prix à la pompe depuis le début de l’année



Jacaranda
Une hausse qui fait toujours mal aux consommateurs.

En France, face à la pression des gilets jaunes, mais aussi conformément à la baisse des cours du baril de pétrole, les prix à la pompe des carburants ont baissé. A Madagascar, on assiste depuis hier à la énième hausse.

Une baisse des prix des carburants aurait été un beau cadeau de Noël pour les consommateurs. Mais il n’en sera pas ainsi puisque les prix à la pompe viennent encore d’augmenter depuis hier. De 4 150 ariary, le super carburant est passé à 4 200 ariary le litre, soit une hausse de 50 ariary par litre. Le gas-oil a également augmenté de 50 ariary en passant de 3 500 à 3 550 ariary le litre. Le prix du pétrole lampant a aussi augmenté de 2 580 à 2 630 ariary, soit toujours 50 ariary de plus par litre. Une hausse au goût amer en tout cas pour les consommateurs obligés une fois de plus, d’augmenter leur budget carburant. Hier, les automobilistes ont fait preuve de résignation par rapport à cette énième hausse des prix à la pompe des carburants.

Vérité des prix

En effet, depuis l’application de la vérité des prix, la règle est à la hausse systématique tous les mois.  Ainsi, pour le carburant, le prix était à 3 840 ariary le litre au mois de janvier 2018. A 4 200 ariary en ce mois de décembre, le prix du super carburant aura donc augmenté de 360 ariary en un an, soit une hausse de 9,3%. Le gas-oil quant à lui est parti de 3 190 ariary en janvier pour être aujourd’hui à 3 550 ariary, soit 400 ariary de plus par litre, c’est-à-dire une hausse de 11,3%. Enfin, le prix du pétrole lampant a  augmenté de 10% en débutant l’année 2018 à 2 370 ariary le litre pour arriver à 2 630 ariary hier, soit une différence de prix de 260 ariary en une année. Du coup, les consommateurs se posent des questions sur l’origine réelle de cette hausse des prix. Ce d’autant que ces derniers temps, la tendance du cours du baril est à la baisse sur le marché pétrolier. Faut-il en effet rappeler que , les prix à la pompe varient en fonction des prix du baril et de l’évolution du taux de change.

Lissage progressif

Mais à Madagascar, le cas s’avère un peu plus compliqué dans la mesure où la vérité des prix n’a été appliquée que récemment. Et ce, pas d’une manière absolue puisque les dirigeants qui se sont succédés ont toujours cherché à amoindrir les impacts d’une hausse vertigineuse des prix. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’on parle plutôt d’un lissage progressif des prix, c’est-à-dire une augmentation moindre, et qui n’est pas forcément compatible avec l’évolution des deux paramètres de fixation des prix que sont les cours du baril et le taux de change. Cet amoindrissement de la hausse des prix a en tout cas provoqué un gap relativement important pour les pétroliers. Et c’est justement pour réduire ce gap que l’Etat avait subventionné le carburant. L’objectif étant de parvenir à 0 subvention, l’Etat et les opérateurs pétroliers se sont mis d’accord sur ce lissage progressif. Autrement dit, dans les mois qui viennent, la règle sera encore et toujours la hausse mensuelle systématique, quelle que soit l’évolution des cours du baril et du taux de change.

Super bénéfice

Concernant toujours le secteur pétrolier, l’on attend toujours l’application de la nouvelle structure des prix censée mettre un terme aux  suspicions de  pratique d’un super bénéfice par les pétroliers.  Un cabinet recruté par la Banque Mondiale a déjà  fait état de la possibilité d’une réduction de la marge bénéficiaire des sociétés de distribution pétrolière. Mais l’Etat et les opérateurs pétroliers n’arrivent toujours pas à s’entendre sur la question. On envisage d’ailleurs de recruter un autre cabinet pour les études. Mais en attendant, cette hausse progressive des prix à la pompe du carburant continue de faire énormément mal, aussi bien aux simples particuliers qu’aux entreprises.  Elle est l’une des sources de l’inflation actuelle.

R.Edmond.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.