Andry Rajoelina et Rivo Rakotovao : Cohabitation forcée entre les deux chefs d’Institution

Jacaranda
Cette poignée de main historique (lors de la passation de pouvoir à Iavoloha) n’était qu’un au revoir pour les deux personnalités.

Le pays subira pendant deux ans une cohabitation difficile entre deux personnalités qui ne partagent pas la même conviction politique.

Andry Rajoelina à Iavoloha, Rivo Rakotovao à Anosikely. A la différence du premier qui exerce les pleins  pouvoirs lui conférés par la Constitution en tant que président de la République, le second se trouvera à partir d’aujourd’hui à minuit (délai d’expiration du mandat des députés) à la présidence d’une Institution (Sénat) dont les pouvoirs seront considérablement réduits. L’article 84 de la Constitution dispose : « Lorsque l’Assemblée nationale ne siège pas, le Sénat ne peut discuter que des questions dont le gouvernement l’a saisi pour avis, à l’exclusion de tout projet législatif ». Les sénateurs ne seront donc que des simples « conseillers » du gouvernement. Andry Rajoelina et Rivo Rakotovao sont obligés de cohabiter jusqu’ à la fin du mandat des actuels sénateurs, en février 2021. Mais ce mandat pourrait être écourté lorsque le président de la République qui a annoncé durant sa campagne électorale la suppression de la Chambre Haute, décidera de recourir aux dispositions de l’article 162 de la loi fondamentale.

Motif grave. La cohabitation ne serait pas facile entre un nouveau président de la République et un haut dirigeant du parti du président de la République à qui ce dernier a succédé.  Il ne serait pas non plus facile pour le nouveau chef de l’Etat de se débarrasser de Rivo Rakotovao qui a déjà savouré pendant six mois à Iavoloha les fonctions présidentielles en tant que président de la République par intérim. L’article 85 de la Constitution prévoit que « les dispositions des articles 71 à 79 sont applicables, par analogie, au Sénat ». L’article 74 de cette loi fondamentale dispose : « Le président de l’Assemblée nationale et les membres du bureau permanent sont élus (…). Toutefois, ils peuvent être démis de leurs fonctions respectives de membres de bureau pour motif grave par un vote secret des deux tiers des députés ». A s’en tenir à ces dispositions constitutionnelles, Rivo Rakotovao ne peut être démis de ses fonctions du président du Sénat que pour motif grave.

Stabilité institutionnelle. La Chambre Haute reste dominée par le parti HVM après les présidentielles de 2018. La HCC vient d’ailleurs trancher que le nouveau président de la République ne peut pas révoquer les 21 sénateurs désignés par son prédécesseur. Quoi qu’il en soit, le Sénat ne constitue pas un danger pour la stabilité institutionnelle pendant la période où le président de la République est habilité par l’Assemblée nationale à légiférer par voie d’ordonnance. Ce qui n’empêcherait pas certains sénateurs HVM de manœuvrer pour la destitution de Rivo Rakotovao de la présidence de la Chambre Haute. Pour ces sénateurs, il serait logique et plus légitime qu’après l’élection d’un nouveau président de la République, le Sénat soit présidé par une personnalité qui peut collaborer avec ce dernier.

R. Eugène

Blueline Air Fiber

Share This Post

4 Comments - Write a Comment

  1. Que ce soit rajoelina ou ra8 la cohabitation est voulue par le peuple et non forcée car jusqu’à preuve du contraire,un exécutif sans opposition va tjrs à la dérive,si c’est le sénat qui jouerai le rôle d’opposant. O journaliste de Midi ,n’oublez pas que les sièges de l’anp ne seront que jusqu’en juillet au plus tard

  2. Le C.V. du nouveau « Prézida » est invisible à ce jour…Je me demande pourquoi est-ce qu’ il cache son parcours scolaire/universitaire? existe-t-il ? Les Malagasy ont le droit de tout savoir sur monsieur le « prézida »…la moindre des choses c’est de publier des copies certifiées conformes des diplômes…………..il ne sait même pas le sens du terme « parité », ce monsieur est une honte pour Madagasikara………………

  3. firahana mitondra oam fapandrosoana ny otran zao !! satria sasanangy sam hafa izay mikendry ny hisin tombotsoa ambony ny firenena ;dia ho any vahoaka izany

  4. Tout est dicté par ce qu’on appelle « INTERETS SUPERIEURS DE LA NATION ». Cohabitation forcée ou pas, on est condamné de travailler ensemble pour que le peuple malgache TROUVE son épanouissement en se sentant bien qu’on est chez soi.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.